AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fictions de Noël !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AlexIchi
Main du Roi
Main du Roi
avatar

Masculin Messages : 378
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 24
Localisation : Arda

MessageSujet: Fictions de Noël !!    Jeu 23 Déc - 0:36

Suite à l'idée de Tema d'un recueil de fictions sur Noël, je crée cette page où vous pouvez poster vos One-Shot !

Bonne Lecture à tout le monde et surtout un Joyeux Noël !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crazylaziers.forumgratuit.org
black dragon
Crazy Etudiant
Crazy Etudiant
avatar

Féminin Messages : 212
Date d'inscription : 24/10/2010
Age : 24
Localisation : A Kobe, avec vue sur le Pont d'Akashi...

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Jeu 23 Déc - 3:39

Ok, je met ma fiction ici et j'enlèverai ce que j'ai laissé dans MA partie fiction.





Voici ma participation pour Noël.

Je suis un peu surprise de la manière dont j'ai écrit ce One-Shot... je ne vous en dis pas plus! ^^


Noël


Un matin, il a bien neigé. Vous savez, cette fine neige qui tombe lentement et silencieusement. Celle qui semble prendre son temps pour former ce manteau divin. La regarder descendre du ciel gris, légèrement tiré vers le blanchâtre, par la fenêtre ou simplement être en-dessous a quelque chose de magique. La sentir atterrir dans nos cheveux, puis fondre pour finir sa route dans notre nuque semble irréel. On dirait que le temps s’arrête dans ces moments-là. On a la tête levée vers l’immensité du ciel, clignant des yeux lorsque les flocons sont trop proches. Le reflex quoi. On ne peut rien y faire. Comme les jeunes enfants, on tend la langue dans le froid, histoire de goûter ces petits cotons d’eau. On les recueille aussi au creux de nos mains. Parfois, il fait tellement froid qu’on a le temps de regarder leur structure glacée si complexe mais si jolie à la fois. On s’habille chaudement, écharpe au cou et pour certains bonnet. Cependant, la plupart des gens oublie leurs joues et elles finissent toujours par devenir roses pour les plus pâles. Moi, j’ai de la chance avec ma peau un peu halée ; on le remarque moins ! Et non, je n’ai rien contre le rose, faut pas croire que Sakura va me taper à cause de ce que j’ai dit parce que vous m’avez balancé ! (Rires et faux regard menaçant) Bref, retournons à la conversation de départ. On se balade donc sous la neige - pour les plus courageux je précise - appréciant la chute de la neige de décembre. C’est un moment à ne pas manquer chaque année ! J’adore la regarder, courir dedans, la lancer sur mes amis ou tout simplement me coucher dessus. Il y a aussi les bonhommes de neige. Parfois, on se regroupe tous et on fait des concours. D’habitude, Neji se tient à l’écart et il est le juge pour finir. Normalement, Shikamaru finit par le rejoindre parce que « c’est galère... et trop fatiguant » (Vive la Shikamaru attitude !) Enfin, chacun son avis. Par contre, j’en suis sûr qu’il s’amuse bien lorsqu’on fait une bataille de boules de neige et qu’il nous concocte un super plan d’attaque. Ce gars, c’est un cas... !(Eclats de rires) Nous sommes une équipe qui s’amuse bien avec la neige !

Et avec la venue de Noël, les choses sont toujours différentes. Malgré la vie que nous menons entre les missions et les combats, tous les moments de calme et de fêtes sont sacrés chez nous. Avec le froid hivernal et la chaleur de Noël, la paix semble mieux réussir à s’imposer. Bref, ce n’est pas le moment d’en parler. De plus, la neige se remet à tomber en ce moment, comme pour que je la regarde et oublier de quoi je parlais. Elle arrive si bien à accaparer mon attention, que j’en oublie la date de Noël. Pour tout dire, je préfère encore que cette journée soit aussi banale que les autres.

Pourquoi ? Et bien, comment voulez-vous fêter tout seul ? Cela fait vingt ans que cette fête n’a pas de sens pour moi. C’est un jour comme un autre, si on enlève l’ambiance accueillante et chaleureuse des maisons familiales. Les gens se réunissent entre eux, entre amis, entre… proches. Je voudrais tellement vivre au moins une fois ça. Se sentir entouré, aimé… Je sais que mes amis sont là pour moi. Ils m’ont déjà tous proposé d’allez chez eux en ce jour de fête et, ce, chaque année. Pourtant, je me vois mal accepter. Je ne me sentirai pas dans mon élément, pas à ma place. C’est une famille et moi je débarque, en total inconnu. Non, je ne peux pas me le permettre. En plus, j’aurais voulu mon premier Noël avec mes parents et penser à ça enfonce toujours plus le couteau dans la plaie. Depuis que je sais qui sont mes parents, je me sens mieux et je suis plus gai. Pourtant, cela accentue le vide en moi. Je sais que jamais je ne pourrais faire comme les autres, puisqu’ils sont partis. Je n’ignore pas qu’ils ne voudraient pas me voir dans cet état mais c’est plus fort que moi... C’est ma mère qui m’a le plus marqué. Avec mon père, le courant est immédiatement passé malgré mon coup de poing dans son estomac. C’est sûrement grâce à ça ! (Rires) Pour Kushina Uzumaki, j’ai pris plus de temps pour faire connaissance. Aussi, nous n’étions pas trop pressés. Cela m’a permis d’avoir une identité et le fait d’être le fils du quatrième Hokage me remplit de fierté comme jamais dans ma vie !


Comme je l’ai déjà dit, la paix est plus présente en ces temps-ci. Nos ennemis, les déserteurs, les ninjas vagabonds, tout se referme sur soi. Je me demande à quoi ils pensent. Est-ce qu’ils fêtent quelque chose ? Ou est-ce qu’ils se reposent ? Pensent-ils aux autres, à leur familles pour certains ? C’est le genre de questions auxquelles personne ne pourra me répondre. Quel criminel pourrait le faire ? Il faudrait qu’on se trouve et qu’il soit suffisamment gentil pour ça. À moins que ce soit un déserteur et qu’il rentre au village. Mais là-aussi il y a des problèmes : la réintégration, qui n’est même pas sûre. Et après ça, il y a les regards et les avis des villageois. C’est quasiment mission impossible.

Bien sûr, en bon ami que je suis, je pense tout d’abord à lui. Oui, je sais, c’est pathétique de ma part. Il ne mérite pas toutes mes préoccupations à son égard. Cependant, encore une fois, je ne peux m’en empêcher. Qu’est-ce que vous voulez ? Je le considère comme mon frère ! J’y peux rien. Je me suis trop accroché à lui et maintenant je m’en mord les doigts. J’ignore où il est et, comme tous les autres, vous savez qu’il n’en a rien à faire de moi. Et alors ? Tant pis pour moi...


Les jours passent et LE jour arrive. Je me plonge à chaque fois un peu plus dans l’humeur noire habituelle de cette date et le reste de la compagnie n’arrête pas de me secouer pour me réveiller. Même Shikamaru et Hinata s’y mettent ! C’est le monde à l’envers. Ah oui, j’ai juste oublié de vous dire quelque chose. Par contre, ça reste entre nous mon oubli. J’ai envie de continuer à vivre pour quelques bonnes années. En fait... Hinata n’est plus si timide grâce à moi. Ça fait tout de même un an qu’on est ensemble ! Et taisez-vous. Je ne veux pas entendre vos « enfin crétin, c’est pas trop tôt ! » ou encore « la pauvre, elle a tant attendu ! » C'est pas de ma faute ! (Part bouder dans un coin). Bon, très bien, je n’ai pas d’excuses, je l’admet... Mais n’en rajoutez pas non plus ! On me l’a fait bien comprendre...

Comme Kakashi-sensei est célibataire et qu’il n’a plus lui aussi de famille, il m’a proposé de passer Noël avec lui. Vous savez, histoire qu’on ne soit pas les deux seuls, chacun dans notre coin. J’ai beaucoup de respect pour le sensei (oui oui, c’est la vérité, qu’est-ce que vous croyez ?) mais il y a des moments où je ne lui fais pas très confiance. Les livres qu’il lit, écrits par Ero-sennin soit dit en passant, ne nous encouragent pas du tout en plus... J’ai donc refusé poliment son invitation. J’voulais pas paraître grossier ! Et comment vous voulez que je passe un Noël avec quelqu’un qui passe son temps à lire les bouquins de mon sensei défunt ? Il ne le ferait pas exprès, je sais. J’ai passé le cap de sa mort mais je pense beaucoup à lui...

Malgré tout, je vais faire comme pour les autres Noëls, même si c’est égoïste de ma part : je vais hiberner comme les ours ! (Rires)


Je dormais tranquillement, bien au chaud sous mon épais duvet. Je suis plutôt frileux, alors les nuits hivernales sont : pyjamas douillets, duvet, fenêtre fermée et chauffage presque - je dis bien presque - à fond. Et sans lumière, merci ! Donc, j’étais dans le super monde du sommeil, lorsque quelqu’un a eu la bonne idée de tout faire écrouler en frappant, ou plutôt, cognant comme un taré à ma porte. Perdu mon magnifique rêve de Hokage, où j’étais le plus heureux des hommes avec Hinata et le retour de Sas’ke. J’ai dû alors me lever pour aller crier sur l’imbécile qui osait me déranger. D’accord, il devait être cinq heures de l’après-midi mais je m’étais couché à onze heures du matin pour aider Tsunade-la-vieille à faire des travaux administratifs. D’ailleurs, je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi c’est moi qui l’ai aidée à faire ça, vu que je n’y pige rien... Voilà, t’es prêt, toi derrière la porte, à faire face à ma colère ? Tu vas le regretter...

Mais quelle surprise de voir Hinata devenir toute rouge après la brusque ouverture du panneau de bois. Je pense que ma grimace y était aussi pour quelque chose. En voyant qui c’était, je n’étais arrêté dans mon élan, ne comprenant rien. Depuis quand Hinata insistait tant ? Non, ce n’est pas ça le problème. Depuis quand frappait-elle aussi fort ? Telle était la question... Je la fis entrer pour demander des explications. Elle me répondit juste de me dépêcher et de la suivre. J’ai râlé et expliqué mon état. Elle a fait la sourde oreille et j’ai dû me plier... J’suis un homme soumis alors... pauvre de moi !

J’ai dû donc courir dans les rues de Konoha sous la neige, derrière Hinata. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait et j’ignorais totalement où on allait. J’ai failli l’arrêter en chemin pour exiger des explications mais Hinata n’est pas du même genre que moi, à ne pas réfléchir à ce qu’elle fait. J’ai donc continué ma course, lui faisant totalement confiance. Et je pense que, si j’aurais su ce qui m’attendait, j’aurais fait demi-tour et j’aurait gâcher tous les efforts de mes amis et de Hinata...

Ça a été mon premier Noël. Je veux dire, le premier joyeux. Pour une fois, je n’étais pas seul mais entouré de gens que j’aime et qui m’aiment... C’est tellement bon ! J’en ai les larmes aux yeux ! Et oui, Hinata est venue me tirer du lit, sous complot de tous mes amis et elle, pour que je passe mon premier vrai Noël. Ils ont laissé tomber leur famille cette fois-ci pour moi. Comme ils savaient que j’allais refuser s’ils m’invitaient, ils ont tout fait en cachette ! Je ne les remercierai jamais assez pour ce geste. Ils sont vraiment mes meilleurs amis ! Alors, j’ai pu enfin goûter à cette ambiance festive, joyeuse et chaleureuse. Je n’aurais jamais cru pouvoir ressentir ça de ma vie. Nous étions tous ensemble, comme une grande famille. On racontait des blagues, des histoires, ce qui se passait entre nous... plein de choses ! J’étais ravi et super content !



Je ne sais pas ce qui m’a pris de mettre sur une feuille de papier ce qui s’est passé ces derniers jours. C’est la première fois que je fais ça mais, pour ce Noël, j’en ressentais le besoin. Comme pour garder une trace d’au moins une fois. Il y a différents thèmes. Certains pas très joyeux mais c’est fait exprès. Je ne regrette pas, même si au début j’avais vraiment du mal à trouver les mots justes. J’ai finalement opté pour la solution la plus simple : écrire les mots qui me venaient à l’esprit. Ainsi, c’est mes mots à moi. Pas ceux tout juste sortis d’un dictionnaire, trop compliqués à comprendre. En plus, je me répète beaucoup, vu que je ne cherche pas plus loin. Pourtant, je suis content du résultat !

C’était super. Vraiment. Même si cela aurait pu être meilleur, je suis content. Je ne demande pas plus pour le moment, même si j’ai toujours le même but gravé dans ma tête : ramener Sasuke au village. Avec une nouvelle raison : pour pouvoir passer un bien meilleur Noël !




Naruto Uzumaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlexIchi
Main du Roi
Main du Roi
avatar

Masculin Messages : 378
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 24
Localisation : Arda

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Jeu 23 Déc - 5:55

Bon un One-Shot, c'est une première pour moi et sur Noël en plus ! ^^

C'est pas grand chose mais j'epère que vous aimerez !! =D


Snow and Memories


Il ne neigeait pas souvent à Konoha, et pourtant ce jour-là des flocons blancs se déversaient sur le village caché du Pays du Feu. Le ciel était blanc immaculé et le vent était absent. Il avait neigé toute la nuit, un épais tapis blanc s'était installé dans les rues et les toits étaient recouverts de neige. Les shinobis les plus matinaux étaient déjà parti en mission et leurs traces de pas perduraient quelques instants dans la neige avant d'être recouvertes par de nouveaux flocons.
Un peu à l'écart du village, dans un petit domaine, un petit garçon marchait dans son jardin. Il se frayait un chemin dans la neige avec émerveillement. C'était la première fois qu'il voyait de la neige. Il ramassa la poudre blanche et l'écrasa entre ses doigts. La sensation froide et douce qu'il ressentit égaya ses sens. Le garçon porta un peu de neige devant sa bouche. Il la sentit mais elle n'avait pas d'odeur selon lui. Il mit un peu de neige sur sa langue puis avec un air de dégout la recracha.
Le garçon s'allongea finalement sur le tapis immaculé et regarda la neige tomber sur son visage. Il ferma les yeux et sentit les flocons se poser sur ses joues chaudes et fondre en une eau fraiche qui coulait sur son visage.
-Alors ? Tu t'amuses ?
Le petit garçon rouvrit les yeux et se releva. Son grand frère était lui aussi sorti de la maison pour faire quelques pas dans la neige.
-Oh oui, nii-san !! s'écria son petit frère le sourire aux lèvres. Tu avais raison. La neige c'est génial ! Et puis c'est tellement beau, dit-il en levant les yeux au ciel.
Son grand frère leva les yeux et montra ses mains, paumes ouvertes, pour accueillir quelques flocons.
-Tu sais, Sasuke. Dit Itachi sur un ton sérieux. C'est parce qu'elle est belle que la neige se montre rarement.
-La neige arrive le jour de Noël en plus ! Mon premier Noël avec de la neige ! S'excita Sasuke.
Soudain, ils entendirent une porte s'ouvrir derrière eux. Leur mère Mikoto venait de sortir de la maison recouverte d'un châle bleue sur une robe mauve. Elle observa ses deux garçons avec un regard maternel.
-Sasuke, tu n'es pas assez couvert pour sortir, dit-elle d'une voix douce. Rentres te couvrir ou tu vas attraper froid.
C'est vrai que Sasuke ne portait qu'un pantalon fin et un tee-shirt. Itachi n'était pas mieux. Ce qui le distinguait de son petit frère, c'était son écharpe noire qu'il portait autour de son cou.
-Il faut aussi que vous ouvriez vos cadeaux de Noël. Rajouta-elle.
Sasuke réagit immédiatement et se précipita vers la maison suivi par Itachi.
Quelques instants plus tard, Sasuke, Itachi, leur père Fugaku et Mikoto étaient rassemblés autour d'un petit sapin vert sous lequel étaient disposés quatre cadeaux.
Sasuke trépignait d'impatience devant son cadeau. Itachi et Mikoto le regardaient avec amusement. On pouvait distinguer un fin sourire sur le visage de Fugaku.
Mikoto prit un cadeau de dessous le sapin et le présenta à Sasuke.
-Tiens mon chéri, c'est toi qui commence.
Itachi, Fugaku et Mikoto virent Sasuke arracher le cadeau des mains de sa mère. Il déchiqueta le papier et aperçut une boite qu'il ouvrit immédiatement. A l'intérieur, un petite sacoche beige remplie de kunaïs et de shurikens prêts à être utilisés. Le visage de Sasuke s'illumina.
-Tu vas rentrer à l'académie bientôt. Annonca Fugaku. Un Uchiwa se doit d'avoir son propre matériel de shinobi. Le jeune garçon sauta au cou de son père et le couvrit de « merci ». Mikoto eut une centaine de bisous sur les joues et Sasuke alla se rasseoir à côté de son frère tout fier de sa sacoche. Fugaku présenta à Itachi le cadeau le plus long. L'ainé déchira le papier et découvrit une longue boite. Il l'ouvrit et sortit un katana dans un fourreau. Il resta comme fasciné devant l'arme.
-Quant à toi, tu vas bientôt intégrer les ANBU, expliqua le chef de famille. Tu dois posséder un arme digne de toi. Tes ennemis périront sous cette lame, elle sera comme ta signature.
Sasuke regarda le katana avec admiration. Il aurait bien voulu échanger sa petite sacoche avec le katana. Itachi sortit le katana du fourreau et admira la pureté de la lame. Mikoto l'obligea à rangea le katana dans le fourreau lorsqu'elle vit l'intérêt que portait Sasuke à cette arme. Elle prit un autre cadeau sous le sapin et le présenta à son époux qui l'ouvrit calmement.
-C'est une idée des enfants. Dit-elle en souriant. Je dois t'avouer que je n'avais pas d'idée de cadeau alors je leur ai demandé ce qu'il te faudrait. Sasuke et Itachi fixèrent leur père pour voir sa réaction. Il sortit d'une boite un long manteau fin noir lui recouvrant les bras et qui descendait en dessous des genoux. Au dos du manteau, l'emblème des Uchiwa était imprimé.
-Alors, il te plait ? Demanda Sasuke.
Fugaku Uchiwa ne laissait pas ses émotions transparaitre à l'habitude mais cette fois-ci il offrit à sa famille un sourire sincère.
-Cette tunique est magnifique. Répondit-il. Merci beaucoup.
Fugaku offrit à sa femme de nouvelles boucles d'oreilles qu'elle mit immédiatement tandis que les hommes de la maison s'habillèrent pour aller dehors. Équipés de bonnets, d'écharpes et de moufles, Sasuke, Itachi et Fugaku sortirent de la maison et se retrouvèrent dans le jardin. Ils se répartirent en deux équipes : les fils contre leur père.
Et la bataille de boule de neige commença. De chaque côté du jardin, les deux équipes avaient fait des murs de protection qui cachaient les boules de neige. Sasuke et Itachi mettaient au point une stratégie tandis que Fugaku attendait que ses fils fassent le premier mouvement.
Tout à coup, Itachi émergea de derrière le mur de neige et commença à bombarder son père de boules de neige. Celui-ci riposta et les boules de neige s'écrasèrent les unes sur les autres. Mais peu à peu, Fugaku prit l'avantage et Itachi sentit des boules de neige le frôler. Il n'avait plus le choix, il devait l'utiliser.
-Sharingan !
Les yeux d'Itachi virèrent au rouge. Il esquiva les boules de neige de son père tout en le bombardant avec ces propres projectiles. Fugaku grommela entre ces dents. Si son fils trichait en utilisant le dôjutsu alors il pouvait utiliser le ninjutsu. Fugaku profita d'une seconde de répit pour composer quelques signes. Itachi eut le temps de voir son père composer le signe du tigre. Ce dernier s'écria :
-Katon ! Gôkakyû no Jutsu – La Boule de Feu Suprême !
Fugaku cracha une boule de feu qui balaya les minuscules boules de neige. Itachi préféra se replier derrière son mur de neige. Le boule de feu de Fugaku pulvérisa la muraille du camp d'Itachi. La flamme disparut dévoilant Itachi, trempé dans une flaque d'eau, entouré de ce qu'il restait de ses boules de neige. Fugaku, avec un air victorieux, s'avança vers la cachette de son fils. Itachi resta caché jusqu'à ce que son père fut à sa portée. L'ainé lui lança deux boules de neige que son père évita facilement. Itachi n'avait plus de boules de neige sous la main. Il était vaincu.
Pourtant Itachi souriait, comme si il lui restait une carte dans sa manche. Fugaku le réalisa lorsqu'il entendit des pas s'enfoncer dans la neige derrière lui. Sasuke, armé de deux boules de neige, s'élança dans le dos de son père. Il s'était caché pendant que Fugaku et Itachi se battaient et attendait le moment venu pour frapper. Tout comme Itachi lui avait expliqué. Le cadet des Uchiwa lança une première boule de neige qui frôla la joue droite de Fugaku. Ce dernier se retourna rapidement, prêt à lancer sa dernière boule de neige. Sasuke et Fugaku, face à face, jetèrent leur ultime projectile. Les deux boules de neige se croisèrent. C'est comme si le temps s'était arrêté, Sasuke et Fugaku virent les boules se diriger droit sur eux. Fugaku esquiva d'un mouvement de tête mais cela eut l'effet contraire. Il reçut la boule de neige en plein visage. Sasuke allait crier victoire quand la boule de son père s'écrasa sur son nez.
Fugaku essuya son visage avec sa manche et Sasuke s'écria :
-Tu as triché, Papa ! Tu as utilisé le Katon !
-C'est parce que ton frère a utilisé le Sharingan, répliqua Fugaku.
-Quoi !?
Itachi se gratta le derrière de la tête avec un air gêné.
-C'est pas du jeu, protesta Sasuke en fusillant du regard son père et son frère.
-Ça viendra un jour, Sasuke, le rassura Fugaku.
-C'est sûr, rajouta Itachi. En attendant le partie n'est pas finie, dit-il en lançant une boule de neige en l'air qu'il rattrapait aussitôt.
La bataille de boule de neige s'éternisa toute la journée. Les trois Uchiwa n'arrêtait que pour manger et ils reprenaient immédiatement après, sous l'œil amusé de Mikoto qui les regardait depuis le salon tout en buvant son thé.
Alors que le soleil se couchait, Fugaku fut appelé au commissariat de Konoha pour régler une affaire urgente, laissant ses deux fils, exténués, sur le champ de bataille. Itachi et Sasuke regardaient le ciel orangé du crépuscule. Il ne neigeait plus. Ils restèrent silencieux un moment admirant les étoiles qui apparaissaient peu à peu dans le ciel.
-Tu sais quoi, nii-san ?
-Qu'est ce qu'il y a, Sasuke ?
-Je veux que tous mes Noëls soient comme ça !
-Ha ha ha, tu n'auras pas de la neige tous les 25 décembre.
-C'est pas grave, si il y a de la neige ou pas. Je veux qu'à chaque Noël on soit tous ensemble ! Papa, Maman, toi et moi !
Itachi ferma les yeux et annonça :
-Je te promets que tout nos Noëls, on les passera tous ensemble.
-Pour de vrai ?
-Promis !
Les deux frères sourirent et rirent de bonheur. Ils avaient passé le meilleur Noël de leur vie. Et ils pensaient aux prochains Noëls qu'ils passeraient ensemble. Sasuke ferma les yeux en pensant à ce qu'il demanderait pour Noël prochain.
-Oh, Sasuke ! On a du nouveau !
Sasuke rouvrit les yeux. Il avait quitté le jardin du domaine familial et se trouvait maintenant dans une forêt enneigée, adossé contre un arbre. Face à lui, Suigestu le dévisageait avec un air bizarre. Derrière le le garçon aux dents acérés, Karin et Jûgo attendaient enveloppés dans des capes noires. Sasuke reprit ses esprits. Cette journée de Noël n'était plus qu'un simple souvenir de son ancienne vie. C'était le dernier Noël que Sasuke passa en famille. Des mois après, Itachi, sur ordre des dirigeants de Konoha, massacra le clan Uchiwa avec le katana qu'il reçut de son père. Les Noëls suivants, Sasuke les avait vécu seul, ruminant sa colère, sa haine et son envie de vengeance. Itachi avait failli à sa promesse.
-Jûgo dit qu'on se rapproche du lieu de rendez-vous des Kages, dit Suigestu.
Sasuke ne lui prêta pas attention, il avait ramassé dans sa main un peu de neige et la regarda avec mélancolie. Il aurait pu passer ses Noëls comme ce jour-là mais Konoha avait brisé sa famille. Ils avaient sacrifié son frère pour leur propre intérêt. Et Sasuke ne pouvait espérer revivre des moments de familles comme ceux-là. Konoha devait payer.
-Alors Sasuke ? Qu'est ce qu'on fait ? Demanda Karin.
Sasuke ne détournait pas son regard de la neige dans sa main.
-Sasuke … déclara Jûgo.
L'Uchiwa écrasa la neige dans sa main et se releva. Il passa devant Suigestu et mit sa capuche.
-Allons-y.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crazylaziers.forumgratuit.org
Bigood
Grand Argentier
Grand Argentier
avatar

Masculin Messages : 493
Date d'inscription : 19/10/2010
Age : 27
Localisation : Quartier Francophone de New York
Humeur : Je suis né, et puis depuis, j'improvise !

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Jeu 23 Déc - 6:32

Voici la mienne !


O 'Mari


Noel, fête se déroulant chaque 25 décembre…
Fête heureuse où l’on s’offre des cadeaux…
Pour les shinobis, il était rare de passer ce jour au village… Certains y arrivaient, d’autres le passaient en mission… Shikamaru faisait parti de ceux-là. Malgré ses protestations envers l’Hokage et sa motivation inhabituelle lors de la mission, il n’allait pas pouvoir rentrer à temps à Konoha…
Il avait encore une chance de revenir au village pour jour magique… Après tout, on était que la veille de Noël…

Oh ‘Mari si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh ‘Mari si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer


Un sourire triste apparut sur son visage…
Temari avait espéré passer cette journée avec lui. Lui aussi l’avait souhaité…
Mais le monde shinobi empêchait ces deux amants de passer Noël ensemble. Leur premier Noël. Cela faisait maintenant dix mois qu’ils étaient ensemble… Par romantisme ou alors pour profiter des offres sur les cadeaux comme le disait Temari, Shikamaru avait déclaré sa flamme un 14 Février, jour de la saint Valentin…

Évanouie mon innocence
Tu étais pour moi ma dernière chance
Peu à peu tu disparais
Malgré mes efforts désespérés


Encore une de ces fêtes commerciales, songea Shikamaru tout en soupirant un léger « galère »…
L’ananas regarda derrière lui. Un mur le protégeait du champ de bataille. Lui et son équipe subissait une attaque surprise du village d’Oto… Malgré la fin de la quatrième guerre mondiale et la mort de Kabuto, l’homme qui avait prit le pouvoir dans le village du son, Oto No Kuni avait survécu… Et ils le prouvaient aujourd’hui…
Un kunai passa à quelques centimètres du visage du Nara, empêchant Shikamaru de regarder plus longtemps le combat… Une nouvelle fois il soupira.

Et rien ne sera jamais plus pareil
J'ai vu plus d'horreurs que de merveilles
Les hommes sont devenus fous à lier
Je donnerais tout pour oublier


Pourquoi maintenant ?
Pourquoi une telle attaque alors que les nuages étaient tombés au sol. De la neige jonchait le sol… Elle était si semblable aux nuages.
Et aujourd’hui, elle n’allait pas rester blanche…

Oh ‘Mari si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh ‘Mari si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer


Pourquoi était-il attaqué alors que pour une fois, il était prêt à mettre les bouchées doubles pour accélérer une mission. L’ananas leva les yeux au ciel, jurant sur tous les dieux existants et inimaginables … A ses côtés, un des membres de son équipe avait trépassé. Une nouvelle fois, il jura… Malgré son quotient intellectuel supérieur au commun des mortels, il ne pouvait empêcher la mort…

Et je cours toute la journée
Sans savoir où je vais
Dans le bruit dans la fumée
Je vois des ombres s'entretuer


Une douleur lui traversa les côtes…
En baissant la tête, le Nara vit une lame sortir de sa poitrine. Cette dernière était entourée d’une lueur dorée…
Du chakra…
Du chakra futon…
Avec son arme, l’ennemi avait traversé le mur qui servait de protection au jeune Nara. Une larme perla de l’œil de Shikamaru…
Non, il n’avait pas mal…
Il venait de comprendre qu’il allait mourir ici et maintenant… Son cœur était touché…

Demain ce sera le grand jour
Il faudra faire preuve de bravoure
Monter au front, en première ligne
Oh Marie je t'en prie fais-moi un signe


-On a eu le dernier… Il n’y avait qu’un seul groupe de quatre ninjas de Konoha…
Dans un souffle de vents, les ennemis de Konoha s’envolèrent, laissant Shikamaru, seul… Ce dernier ne se retenait plus de pleurer. Cette fois, ce n’était pas la fumée de cigarette qui provoquait ces larmes…
La lame meurtrière était encore à travers lui… Il était bloqué contre ce mur. Son ombre, projeté par le soleil était bien étrange. A sa gauche, un homme d’ombre avait une pointe sortant de sa poitrine… Quel étrange phénomène…
Shikamaru leva sa main jusqu’à sa sacoche… Il voulait vivre ! Il devait se soigner !
Allongé dans l'herbe je m'éveille
J'ai vu la mort dans son plus simple appareil
Elle m'a promis des vacances
La mort m'a promis sa dernière danse

Un parchemin tomba se sa sacoche…
Malgré la situation et la douleur, le sourcil de Shikamaru se releva. Il ne se rappelait pas avoir mis un parchemin ici…
Oubliant sa blessure, il ouvrit le parchemin…
« A toi, l’homme qui m’aime…
Aujourd’hui, c’est noël. Même si nous ne pouvons le passer ensemble, je te laisse ce simple parchemin. Ainsi, je peux être avec toi à travers ce simple bout de papier…
J’avais prévu d’attendre ce jour si spéciale pour te le dire…
Mais ce stupide monde shinobi nous en empêche… »

Oh ‘Mari si tu savais
Tout le mal que l'on ma fait



Une gerbe de sang s’écoula des lèvres de Shikamaru. Le jeune homme la cracha dans un souffle inexistant… Quelques gouttes tombèrent sur le papier. Il ne pensait plus du tout à se soigner… Il lisait ce message une journée trop tôt. Mais c’était sans doute sa seule chance de la lire…
« Je t’aime Shikamaru… Jamais, je n’aurais pu t’offrir un meilleur cadeau que l’amour que tu me donnes chaque jour… »
Le sang coulait à travers les lèvres du Nara, glissant sur le menton de ce dernier. La mort était proche… il le sentait. Il voulait continuer à vivre avec Temari… Il voulait finir cette lettre car c’était l’objet incarnant le plus la belle kunoichi du désert…
« Après de nombreuses recherches, je pense avoir trouvé un cadeau pour toi, Shikamaru ! »
Une quinte de toux troubla le silence du champ de bataille. Shikamaru ferma les yeux, souffrant sans cri de la lame qui traversait son être…

Oh ‘Mari j'attendrai qu'au ciel
Tu viennes me retrouver



Pour rouvrir ses yeux, Shikamaru du faire un immense effort…
Il hésitait à respirer, tant la douleur était grande…
Jamais il n’aurait pensé mourir dans de telles conditions…
Il soupira…
- Galère … Marmonna dans un dernier souffle le maitre des ombres.

Oh ‘Mari j'attendrai qu'au ciel
Tu viennes me retrouver


Une nouvelle goutte de sang tomba sur la feuille de papier…
« Je suis enceinte »
Un sourire teinté de rouge apparut sur les lèvres du Nara… Ses yeux vides avaient lu cette dernière phrase avant de traverser le voile pour revoir le gardien des âmes…

O ‘Mari… O Temari…

Plus aucun bruit ne traversait l’endroit. Les oiseaux avaient fuit devant la bataille…
La neige était maintenant écarlate…
Shikamaru Nara mourut un 24 décembre… Sans connaitre un Noël avec sa bien aimée…
Shikamaru Nara mourut le jour où les nuages touchèrent le sol…
Il avait voulu mourir de vieillesse avec sa femme et ses deux enfants…
Il mourut dans sa fonction…
Mais il mourut heureux…

Moi aussi je t’aime Temari… Ma Mari…

Une légende raconte que lorsqu’un membre du clan des ombres meurt, son ombre disparait avec lui… Le corps du Nara disparut sous la neige… La légende était en quelques sortes perpétuées…
Au loin, à Suna, une femme se figea… Sa tasse venait de se briser en mille morceaux. Elle se laissa tomber au sol, tenant son ventre…

_________________
One Boss, One Snake...

"Im no hero, never was, never will be, Im just an old killer, hired to do some wet work"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikari
Roi des Crazy Laziers
Roi des Crazy Laziers
avatar

Masculin Messages : 448
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Jeu 23 Déc - 11:59

Gloups !


La froideur avait envahis Konoha, le ciel était bien nuageux, néanmoins les nuages étaient d'un blanc magnifique. Contrastant parfaitement avec le bleu du ciel qui souhaitait se montrer par intermittence. Le village était en effervescence, les habitants circulaient dans les rues, courant à travers les rues et entrant dans les magasins d'un air paniqué, ils faisaient sans doute les courses de cadeau à la dernière minute.

Naruto se trouvait à la fenêtre de son appartement, penché et les coudes sur le rebord, il regardait cette population se débattre pour trouver les derniers cadeaux de Noël en retard. Il rigolait, il se moquait de tous ses pauvres gens ayant oubliés de faire un cadeau et obligés de courir à travers la ville pour trouver la perle rare...

Le froid et la pluie qui s'était abattu ces derniers jours avaient provoqué un verglas du tonnerre dans les rues de Konoha, créant une vraie patinoire polie par les passants. Naruto ne pouvait s'empêcher de s'esclaffer à chaque fois qu'une personne se viandait magistralement sur la glace. Naruto avait mis la musique d'Holiday On Ice dans son appartement pour bien se faire des tripes sur les gens dans la rue et il ne pouvait pas nier que cela marchait à merveille. Rien que de penser aux gens qui se casseraient la figure, il se prenait un fou rire alors qu'en quelqu'un finissait par tomber pour de vrai, il était obligé de fermer la fenêtre en vitesse pour que les malheureux passants ne l'entendent rigoler de leur chute.

Pour Naruto, cette veille de Noël s'annonçait des plus radieuses, c'était le premier noël qu'il ne fêterait pas seul ou avec seulement son tuteur Iruka. Sakura avait décidée d'inviter tous ces camarades pour faire une petite fête pour le soir de Noël, plusieurs autres personnalité avaient été invité, tous les senseï seraient présents, ainsi que Tsunade et Shizune. Pour son premier Noël où il ne serait pas enfermé dans la solitude, Naruto avait décidé de faire quelque chose de spécial, il avait acheté un cadeau pour chaque personne présente, avec tant de monde, il aurait pût n'en faire qu'à ces plus proches amis mais cette fois là était vraiment spéciale pour lui...

En parlant de cadeau, il devait encore s'amuser à les emballer dans du papier cadeau, le problème était qu'il n'avait jamais fait un seul cadeau de sa vie alors l'emballer ? Heureusement qu'il avait encore toute une journée devant lui pour réussir cette exploit, il avait acheté une trentaine de rouleau de papier cadeau, ce ne serait de trop s'était-il dit en les prenant.

Il prit son premier cadeau, c'était un os spécial à rongé, goût chocolat, la logique aurait voulu que le cadeau soit pour Akamaru mais non, il était pour Kiba. Naruto souhaitait se venger d'une vieille rancune, pour son anniversaire, Kiba lui avait offert le libre « Comment être un ninja pour les NULS », Cela s'était fini en course poursuite de plusieurs minutes avant que Sakura ne les attrape tous les deux pour s'entrainer au lancer de marteau, malheureusement pour Naruto, c'est lui avait gagné, se plantant la tête la première contre la falaise des Hokage alors que Kiba s'était empalé dans une des fenêtres du bureau de Tsunade. Au fait, c'était l'inverse, il était heureux de s'être manger le mur de pierre, cela était plus préjudiciable que la colère de Tsunade puisque Kiba retraversa le village dans le sens inverse pour disparaître dans les cieux. Il n'était revenu que tard le soir, quand avait-il touché le sol ? Difficile à dire...

La mission opération emballage des cadeaux valait bien une mission de rang A pour Naruto, Sakura avait eut beau lui montrer, il n'arrivait pas à réussir à maintenir l'emballage avant de pouvoir apposer le scotch. Puis il arriva enfin à fixer le premier bout de scotch. Il exprima un grand soulagement dans un soupir si profond que ces voisins se demandaient ce qui le plongeait dans un telle extase et commençaient déjà à avoir l'esprit malsain.

Il commença à s'occuper du deuxième paquet lorsqu'un bruit de papier l'attira sur le premier cadeau qu'il avait emballé, le papier était tendu, Naruto regardait le scotch s'étirer et se décoller légèrement encore plus intensément et avec plus de stress que si il regardait un film d'angoisse. Puis ce fut le drame, le scoth se décolla du papier sous les yeux en larme de Naruto qui se tenait la tête, en hurlant à la mort.
Cette fois ces voisins commençaient vraiment à penser que ce garçon était vraiment un vicieux sans nom, mais quel fantasme pouvait bien le mettre dans cet état ?

« J'en ai marre, je vais jamais y arriver... » Pensa Naruto.

Il regarda le cadeau qu'il voulait offrir à Kakashi, l'édition super-spécial écrite par Jiraiya pour les plus grands des pervers, Naruto avait tenté de lire les premières pages, il avait dû arrêter dû à l'inondation qui envahissait sa chambre dû à la perte de sang s'échappant de son nez. Il n'osait pas imaginer ce qui pouvait y avoir dans la suite de l'histoire, cela le tentait mais mourir dans son propre sang sans aucune blessure apparente n'était pas vraiment de son goût.

Penser à Kakashi lui rappela l'entrainement qu'il avait subis pour la conception du rasen-shuriken, c'est après avoir fait des yeux ronds devant son propre crétinisme que Naruto fit apparaître plusieurs clones, seulement cinq à cause du peu d'espace de son appartement... Et c'était parti pour plus d'une heure de plaisir inten... heu... de crise de nerf et d'hurlement de rage, les voisins commençaient à vraiment croire qu'une petite sauterie avait lieu à côté mais il s'inquiétaient surtout de n'entendre que la voix d'hommes ! Que pouvait donc bien faire cet énergumène ?!

Naruto finit par emballer tous ces cadeaux, il était content de lui au final, sa petite vingtaine de lui avait pas prit plus de deux heures à six, un vrai record pour lui ! Il commença à ranger les cadeaux dans un sac en attendant de partir pour la fête qui aurait lieu bien plus tard en fin d'après-midi. En rangeant les paquets, il se mit à réciter les noms qu'il y avait marquer, cela lui passait le temps, il était vraiment impatient d'être à ce soir...

Il finit de compter ces cadeaux, il souriait alors qu'il se relevait mais une sensation gênante le prit, il ne savait pas ce que c'était mais elle était vraiment forte. Il commença à chercher ce qui le gênait, dans sa quête, il regarda les photos disposées sur sa table de chevet et c'est là qu'il la croisa son regard dans le reflet du cadre. Il regardait une photo de Tsunade qui dessus dévoilait partiellement et sans doute innocemment sa forte poi... personnalité, elle semblait le dévisager très gravement, malgré que ce ne soit qu'une photo, il avait l'impression qu'elle voulait lui bondir dessus, mais que lui arrivait-il ?

« Houla, je commence à m'imaginer des choses, j'espère qu'elle sera contente de son cadeau pour la maintenir de bonne humeur... »

Et c'est là que tout l'horreur de ce qui le mettait mal à l'aise l'assaillit... Son cadeau ? Il sentit un énorme frisson monter dans son dos comme si Tsunade avait respiré de rage dans son cou après qu'elle ait entendu ces pensées. Il reprit le sac où il avait mis tous les biens, il commença à les sortir un par un, déjà doucement, pensant voir apparaître le cadeau pour Tsunade très rapidement mais plus le temps passait et plus la pile diminuait, Naruto commençait à stresser et maintenant jetait les paquets après avoir noté que ce n'était pas celui qu'il cherchait, et c'est là qu'il arriva à ce moment fatidique, moment où il rendit compte qu'il avait oublié de faire un cadeau... Celui de Tsunade, la seule qu'il ne fallait absolument pas oublier, enfin sans compter Sakura qui possédait la même force qu'elle...

Il s'attrapa la tête entre ses bras crispé, il s'imaginait déjà le poing de Tsunade lorsqu'il lui annoncerait que son cadeau à « mystérieusement disparut », un poing qui filerait avec une infini lenteur et pourtant Naruto en pourrait pas y échapper, criant un « non » survolant la pièce avant ce soit lui-même qui la survole, tout ça accompagné d'une musique d'un film d'angoisse des années 90 et il pourrait recréer une de ses plus grandes frayeur. Il frissonna rien que d'y penser, il devait réfléchir, il regarda son vieux réveil sur sa table de chevet, il était à peine 2h00 de l'après-midi, cela lui laissait environ quatre bonnes heures pour réussir à trouver un cadeau adéquat mais que pouvait-il bien lui offrir ? L'angoisse ! Si il se trompait, le meilleur cadeau qu'il pourrait se faire à lui-même serait de creuser sa propre tombe pour en avoir une décente...

Il attrapa sa veste qui était sur son lit et fonça dehors. Ah oui ! Vous vous rappelez la première chose qu'il faisait au début du récit ? Se moquer des passants qui se ramassaient contre le verglas dehors, oui ? Alors c'est bon, on peut continuer ! Alors Naruto descendait... Heu... Où est-il ?

*Avance prudemment pour voir en bas des escaliers*

Donc ! Naruto gisait lamentablement en bas de l'escalier de son immeuble, la tête écrasée dans la neige, les jambes en l'air, un nombre incalculable de bosses sur la tête, tous les passant qui passèrent devant lui furent prit d'un fou rire incontrôlable. Naruto sortit sa tête de la neige en frissonnant, il n'avait même pas eut le temps de mettre sa veste et son tee-shirt, il se tourna vers les gens qui le dévisageaient mais en répondit rien... Après tout, il l'avait bien cherché... On dirait que l'univers se vengeait d'une très belle manière...

Enfin bon, il s'en fichait, il n'avait pas le temps d'aller se changer et donc encore moins de perdre son temps à envoyer ses chieurs aller voir ailleurs. Il enfila sa veste et fonça dans la rue de Konoha vers... heu... Mais où allait-il ? Il ne savait pas quoi lui offrir, il devait d'abord réfléchir à ça !

*Réflexion intense, cerveau qui fume, un léger tournis qui apparait*

Mais oui ! Elle adorait jouer à des jeux d'argent ! Il pouvait toujours lui offrir un pochette cadeau avec plein de ticket à gratter ! Il fallait seulement espérer qu'elle gagne un petit quelque chose... Soulagé de son choix, il se dirigea tranquillement vers le premier marchant de journaux du coin, il entra avec le sourire et se dirigea vers le rayon qui l'intéressait, il tendit la main, heureux comme jamais pour qu'elle se referme sur... du vide ? Il ouvrit les yeux de stupeur, tout le rayon des paquets à gratter était complètement vide ! Comment c'était possible ?! Il arriva devant le guichet, les yeux débordant de larmes, tellement que cela fit reculer de frayeur le vendeur.

_ Vous n'avez plus de pochette cadeau ?! Cria t-il plus fort qu'il ne l'aurait voulu, attrapant le pauvre homme par le haut de son uniforme.
_ Je suis désolé monsieur, pitié ! J'ai une femme et cinq enfants !

Naruto le lâcha, sentant que l'évanouissement de stress n'était pas loin... Il était complètement ailleurs, tellement loin qu'il n'entendait pas le vendeur pleurer en continuant d'énumérer le nombre d'hamsters et de perruches qu'il possédait.

Naruto sortit avec un mal de ventre horrible, qu'il avait été bête, il croyait son idée vraiment excellente, tellement qu'il avait prit tout son temps pour rejoindre le magasin, le seul de la ville à proposer ces articles là... Il regarde sa montre, il ne lui restait qu'à peine trois heures... Il s'assit sur un banc, la tête penché en arrière, son âme sortant de sa bouche tellement la peur le tiraillait. Il se frappa le front, il n'avait pas le temps pour se faire des frayeurs !

Il pensa alors à ce qui plaisait le plus à Tsunade mise à part jouer tout en gardant son magnifique sur nom certifié de « légendaire pigeon »... Voyons... Elle aimait le frapper ? Ah non ça recommençait ! Il devait penser à autre chose, même à fuir si cela se révélait impossible de trouver un cadeau pour Tsunade à temps, fuir très loin, boire comme un trou et mourir dans son vomi...

Mais oui ! Voilà ! Il avait trouvé ! Il allait lui offrir une bouteille de salé, bon il se ferait sûrement réprimander pour l'avoir prit pour une alcoolique mais bon... Ce serait tout de même moins pire ! Il fonça à travers la ville, bousculant ninja et vieille grand-mère revenant des courses de Noël, il criait à s'en arracher la voir que c'était une question de vie ou de mort et finalement il arriva devant la magasin qu'il cherchait, un vendeur de saké, le meilleur de la région !

Il voulu entrer tout heureux, enfin ! Il était sauvé ! Mais il se mangea en plein visage le bras de quelqu'un qui s'était interposé, il le regarda un instant avant de reconnaître Yamato. Celui-ci était en tenue de ninja et semblait l'avoir cherché un moment !

_ Naruto, Tsunade nous demande, elle veut te voir le plus rapidement possible.

Le monde s'écroula pour Naruto, comment était-elle au courant pour l'oublie de son cadeau ?! C'était impossible, non pas ça ! Naruto s'écroula à genoux, les mains liées en train de prier alors que Yamato ne savait plus où se mettre, les passant croyant qu'il martyrisait ce pauvre enfant.

_ S'il-vous plait Yamato-senseï ! Laissez-moi réussir, je vous en conjure, j'y suis presque !
_ Mais de quoi tu parles ? Enfin qu'importe... On y va Naruto...
_ Non !

Naruto entra de force dans le magasin, effrayant tous les passants, il fonça vers une bouteille et tenta de l'attraper, son salut était à portée de main ! Et pourtant... à seulement quelques centimètres de la bouteille, il fut incapable de faire un geste de plus, il entendit derrière lui :

_ Technique de la manipulation des ombres, réussie...

Shikamaru se tenait derrière lui, son ombre étirée jusqu'à la sienne. Lui aussi était en tenue de combat mais Naruto n'y prêtait pas attention, il tentait de tendre le bras un peu plus pour attraper cette fichue bouteille...

_ Arrête Shikamaru, c'est pas drôle !
_ Tu me saoules Naruto... Hokage-sama nous demande, si tu viens pas de ton plein gré, on sera forcé de t'y emmener ligoté de la tête au pied, j'oublierais pas de te bâillonner, tu es capable de me foutre une de ses migraines... Alors que choisis-tu ?
_ Hum... Laisse-moi réfléchir... Dit-il avant de lui tirer la langue et d'exploser dans un pouf très caractéristique.
« Un clone ? Putain il avait tout prévu, il avait bien pensé que Yamato l'empêcherait d'aller jusqu'au bout. »


Naruto se trouvait non loin d'ici, derrière un arbre, il attendait patiemment que Yamato et Shikamaru ne partent pour entrer dans la boutique. Néanmoins, il avait fait un erreur monumentale, chaque équipe était composé de quatre membres, où étaient les deux autres chargés de la capturer ?!

_ Alors c'est là que tu te cachais... Dit une voix derrière lui.

Naruto eut les cheveux qui se dressèrent sur sa tête, il se tourna pour voir Kiba, tranquillement posé sur Akamaru. Et merde, avec son légendaire flair, il le retrouverait où qu'il se cache...

_ Viens avec nous Naruto, c'est chiant, on est déjà en retard.
_ Tu veux me voir souffrir autant qu'elle t'a fait souffrir c'est ça ? Tu veux te venger sur moi ?!
_ Bon écoutes le boulet, je sais pas de quoi tu parles mais tu deviens gonflant... Akamaru, attrape-le !

Naruto fit les grands yeux, il vit les dents d'Akamaru se rapprocher dangereusement de ces fesses mais il eut le temps de sauter pour esquiver. Déjà des pics de bois lui fonçaient dessus, ils l'encerclèrent et tentèrent de la capturer en l'étouffant. Mais déjà Naruto avait permuté avec un clone.

_ Là-bas ! Désigna Kiba, dans un ruelle sombre.

Toute l'équipe fonça dans sa direction, avec d'y arriver, ils entendirent Naruto prononcer sa technique préférée et d'un coup, une bonne centaines de clones s'échappèrent de la ruelle, s'éparpillant dans tous les coins.

_ Et merde, avec tous ces clones, je ne peux pas dire lequel est le vrai. S'emporta Kiba.
_ On s'en fout, on les fait tous disparaître ! Cria Yamato.

D'un coup, il lança une bonne dizaine de pic dans les airs qui vinrent frapper plusieurs Naruto, tous explosèrent dans un nuage de fumée. Naruto dû lutter durant plus d'une heure pour échapper à ces tortionnaires mais il était plutôt content de lui. Il avait envoyé toute l'équipe à l'autre bout du village à poursuivre ses clones, il avait eut du mal à berner l'odorat de Kiba mais maintenant cela semblait être plus tranquille...

Il atterrit à nouveau devant le magasin de sake et s'en approcha rapidement. Alors qu'il était à une dizaine, la devanture du magasin disparut derrière quelques planches, affolant les gens se trouvant à l'intérieur et faisant complètement paniquer Naruto. Il voulu fuir de nouveau mais déjà Shikamaru l'avait bloqué avec son étreinte de l'ombre, la main docilement posée sur sa gorge.

_Ligotez-le ! Cria Yamato.

Si tôt dit, si tôt fait ! Naruto se retrouve littéralement saucissonné de la tête au pied. Et comme l'avait souhaité Shikamaru, il portait plutôt bien le bâillon. Il se mit à hurler de toutes ses forces alors que Yamato le levait à hauteur des yeux pour lui faire son regard particulièrement effrayant. Naruto resta scotché à ce regard et se tût.

_ Alors on croyait pouvoir s'échapper ?
_ …
_ Tu es vraiment idiot d'avoir tenter de revenir ici, c'était trop facile, il suffisait de t'attendre. Dit Kiba prit d'un fou rire.
_ Qu'importe ! Hokage-sama te demande Naruto et il serait fâcheux de la faire attendre trop longtemps.

Et c'est comme ça que Naruto se fit emmener jusqu'au peloton d'exécution, ils arrivèrent dans le bureau sous le regard de fureur de Tsunade qui fulminait de es avoir fait attendre si longtemps.

_ Ce n'est pas trop tôt Yamato ! Cria t-elle.
_ Je suis désolé, disons que Naruto n'était pas particulièrement loquace aujourd'hui...
_ Ah oui... On se demande bien pourquoi...

Le concerné vit les yeux noirs que lui fit Tsunade, ça y est, il sentait sa dernière heure arriver. Il la vit se pencher pour prendre quelque chose dans un tiroir, il eut le temps de faire un joli tour dans son décolleté, mais à quoi pensait-il ? Juste à mourir en pensant à quelque choses de merveilleux sans doute. Surtout lorsqu'il vit ce qu'elle avait entre les mains, un kunaï !?! Gloups... Il la vit s'avancer vers lui, un regard carnassier et la langue chatouillant avec envie le coin de ses lèvres, il approche le kunaï de Naruto après s'être penchée, Naruto ferma les yeux.

«  Adieu mon cruel, tout ça pour un foutu cadeau, Konohamaru, je t'offre mon rouleau de technique où est entreposé toutes les positions possible avec le sexy-méta, Sak...

Il sentit la pression de ces liens diminuer, il ouvrit les yeux. Tsunade l'avait détaché et s'en retournait vers son bureau, elle souhaitait jouer avec lui avant d'en finir, quelle cruauté ! Il se mit à genoux comme il l'avait fait avec Yamato.

_ S'il te plait Baa-chan, je suis désolé, je vais tout faire pour me rattraper, je le jure !
_ Mais de quoi parles-tu ? Demanda t-elle surprise.
_ Aucune idée, il était déjà dans ce délire tout à l'heure. Répondit Kiba.
_ Pfff, Naruto, tes enfantillages sont insupportables, enfin bref, je vous ai fait convoqué pour une mission prioritaire !

Quoi ? Une mission ? Maintenant ? Aujourd'hui ?

_ Non mais c'est pas vrai la vieille ! Tu peux pas faire ça !
_ Naruto la prochaine fois que tu ouvres le bouche pour m'insulter, je te ferais manger des pissenlits par la racine ! (Petite dédicace Wink )
_ …
_ Alors voilà, nous avons reçu un rapport de nos espions au village d'Oto, il semblerait qu'Orochimaru bouge bientôt d'endroit et soit vulnérable durant le temps de son voyage, nous savons où il sera d'ici quelques jours, avec lui sera certainement...
_ Sasuke. Termina Naruto, son esprit combattant à présent parfaitement éveillé.
_ Exact ! Néanmoins je sais que c'est le réveillon de Noël ce soir et donc je vous accorde exceptionnellement le droit de vous rétracter.
_ C'est bon pour moi. Dit Yamato.
_ Galère... Puisqu'on a pas le choix... Continua Shikamaru
_ Tu as le choix ! Dit-elle.
_ Mouai, c'est ça...

Elle soupira avant qu'elle n'entende Kiba répondre positivement à sa requête, ne restait plus que Naruto... Il avait la tête baissée, semblant lutter contre lui-même. Il releva la tête avec un magnifique sourire.

_ Pas question ! Cria t-il devant la surprise de tous.
_ Quoi ?
_ C'est mort ! J'attends ce moment depuis bien trop longtemps pour qu'on me le retire au dernier moment !
_ Tu es sûr Naruto ? Il s'agit de Sasuke, tu n'auras peut-être plus d'autres chances de le récupérer.
_ Pfff, on passe notre temps en mission pour le sauver et on a encore jamais réussi. Pour cette fois, il ne me gâchera pas mon existence en me retirant la seule chose à laquelle je m'accroche ces temps-ci !
_ Très bien... Je te comprends Naruto... Tu ne pars pas, ni vous non plus d'ailleurs, j'enverrais une équipe d'anbu, peut-être réussiront-ils...
_ On peut y aller ? Demanda Naruto, provoquant une nouvelle fois une forte surprise chez toutes les personnes présentes.
_ Oui, c'est bon...

Elle n'avait pas fini sa phrase que Naruto avait déjà disparu et claquer la porte. Elle soupira mais un sourire s'afficha rapidement sur son visage.

_ Et bien, je ne pensais pas qu'il refuserait de partir chercher Sasuke, que lui arrive t-il ?
_ Il a trouvé quelque chose qui est plus important à ces yeux que de retrouver une chimère... Il veut simplement être heureux, ça me fait très plaisir de le voir comme ça.
_ Effectivement. Dit Shikamaru, comprenant Naruto à présent.
_ Et merde... Dit Kiba.
_ Que t'arrive t-il Kiba ? Demanda Yamato.
_ Hein ? Oh rien, maitre Tsunade, vous n'avez une petite mission à me confier ? Demanda t-il, quelque peu effrayé.
_ Non, je n'ai rien pour toi. Donc on se retrouve tous chez Sakura ce soir.


Pour Naruto, il fonçait vers le magasin de sake le plus rapidement possible. Les larmes aux yeux. Quel imbécile, il avait eut un moyen d'échapper à la pendaison et voilà qu'à présent il se passait lui même la corde au cou ! Il avait eut le chance non seulement d'être sauvé mais en plus de réussir sa promesse qu'il avait faite à Sakura, ramener Sasuke... Mais il ne le souhaitait pas, pour la première fois, il pouvait fêter un noël avec sa famille, sa très grande famille, ce ne serait pas Sasuke qui gâcherait tout ça...

Il arriva devant la magasin de sake et... là... ce fut le drame... Il s'écrasa contre la porte d'entrée fermée à double-tour. Il lut le mot où était indiqué que le magasin fermait plus tôt pour permettre au propriétaire de se préparer pour la fête.

Naruto s'écroula en criant un « Non ! » qui se répercuta dans tout le village... C'était trop tard, la plupart des magasin avait dû fermer à présent... Il regarda sa montre, il ne lui restait plus que trois-quarts d'heure pour réussir... Mais il abandonnait... il devait encore prendre sa douche et se changer, il allait se faire massacrer mais autant que ce soit en grande pompe tout de même !

Il rentra donc chez lui pour se préparer, prit une douche plutôt longue et attrapa ses cadeaux, pensant qu'il en manquait un, que ce cadeau était le seul à ne pas oublier et qu'il avait commis cette terrible erreur... Il arriva chez Sakura avec un peu de retard, complètement envahis par les paquets cadeau sous ses bras. Elle lui sourit et l'invita à entrer, elle lui laissa le temps de poser ses paquets avant de le prendre dans ses bras.

_ Tsunade-senseï m'a dit pour la mission que tu as refusée...
_ Je suis désolé Sakura, je sais que je t'ai fais un promesse et...
_ Baka, je suis contente que tu es refusé, j'ai moi-même refusée de la faire, je voulais faire ce premier noël en ta compagnie, je ne voulais louper ça pour rien au monde...
_ Merci Sakura, à propos de ne rien louper, j'espère que tu as planqué tous les objets précieux...
_ Pourquoi ?
_ Oh rien, tu verras sans doute une comète blonde traverser le salon très bientôt...

Sakura ne comprenait rien à ce qu'il disait mais bon... Qu'importe... Elle s'en fichait, il était là et c'est tout ce qui comptait pour elle... Elle qui avait abandonnée l'idée de revoir un jour Sasuke au sein de Konoha. Elle poussa Naruto pour qu'il entre dans le salon et il fut étonné de remarquer qu'il était le dernier, tout le monde était là, même Kakashi et Tsunade...

_ Tout le monde est là ? Super ! Alors on va pouvoir commencer la soirée ! Cria Sakura avec enthousiasme.

Tout le monde criait sa joie, fêter noël tous ensemble était quelque chose de merveilleux pour Naruto, il ne pensait pas qu'il avait vécu un meilleur jour avant celui-là.. Mais son rêve serait de courte durée.

_ Alors pour déroger à la tradition ! Cette année on va commencer par l'ouverture des cadeaux !!
_ Quoi ? Cria Naruto. Tu es sûr, on fait pas ça à la fin ?
_ Nan ! C'est pour rigoler ! Dit-elle en prenant par les épaules. Et pour mettre une bonne ambiance !
« Tu parles d'une bonne ambiance... »

Et s'ensuivit le célèbre partage des cadeaux qui dura une éternité, Naruto repoussant l'échéance où il irait vers Tsunade pour lui dire qu'il avait oublié d'acheter son cadeau. Il se cachait de l'autre côté de la pièce, ayant offert un collier à Sakura représentant le sigle du clan Uzumaki. Et quelque chose d'étrange se produit, un Kiba traversa la pièce pour passer par la fenêtre devant la surprise générale. Tout le monde se tourna vers son point d'origine, pardon son poing d'origine qui étair celui de Tsunade.
Elle remarqua tous les regards posés sur elle et dit d'une voix d'excuse :

_ Il a oublié mon cadeau, c'est pour ça qu'il voulait partir en mission.

Tout le monde se mit à rire à la remarque de Tsunade, c'était vraiment une magnifique soirée, tout le monde sauf Naruto qui tentait d'avaler impassiblement sa salive. Bon allez, il fallait s'y coller, peut-être serait-elle un peu plus clémente avec lui, il verrait... Il s'approcha, dans le même état d'esprit que Harry Potter s'approchant de Voldemort, volume 7 et sans doute dernier livre qu'il aurait l'occasion de lire...

Il s'arrêta devant elle, elle le remarqua et se tourna vers lui.

_ Il y a un problème Naruto ?
_ … Nénouplétocadodnoel... Dit-il très faiblement.
_ Tu peux répéter ?
_ Je suis désolé, j'ai oublier ton cadeau de noël...

Il crut que le temps s'était arrêté, il ferma les yeux, attendant sa sentence et pensant qu'au moins il ne serait pas seul à fêter noël à l'hôpital ce soir, il y aurait Kiba avec lui. Mais ce n'est pas un poing qu'il ressentit mais un étreinte... Il ouvrit les yeux, Tsunade le tenait fermement dans ses bras avec douceur... Il se laissa aller avant d'entendre.

_ Le plus beau cadeau que tu pouvais me faire était d'être là ce soir...
_ …
_ Et aussi que tu commences à vivre pour toi et non pour Sasuke, ça me fait énormément plaisir.
_ Merci onee-chan. Répondit-il avec plaisir en l'étreignant aussi, savourant le fait d'être collé à la monstrueuse poitrine de la kunoichi.

Ils relâchèrent leur étreinte, Naruto s'écarta un peu, respirant un peu d'air frais.

_ Aha, si tu savais comment j'ai eu peur de te le dire ! J'ai cherché un cadeau toute l'après-midi, j'ai voulu t'acheter une bouteille de saké mais...
_ Quoi mais tu me prend pour qui ?!! Cria t-elle.

La dernière chose qu'il vit fut le plafond du salon de Sakura avant de s'envoler par la fenêtre, un sourire sur le regard, vraiment c'était un très belle fête...

Voilà c'est posté XD, juste à temps, pas le temps de vérifier les fautes d'orthographe !

_________________

Parce que le courage, la bonté et l'intelligence c'est bien, la paresse c'est mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hina
Laziers kikoolol
Laziers kikoolol
avatar

Féminin Messages : 21
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 25
Localisation : Carcassonne (11)

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Ven 24 Déc - 10:13


Le plus beau Noël de sa vie.



-Naruto ? Tu es prêt ? On y va ?
-Une seule question à la fois, Hinata ! Il encore bien trop tôt pour moi… Répondit le concerné dans le bâillement
-Dé… Désolée
-Ne t’excuses pas Hinata, il est toujours un peu ronchon le matin. Expliqua un nouvel arrivant. Et puis, si tu es chef d’équipe, il va falloir t’imposer un peu plus.
-Tu as sûrement raison Saï, même si ne comprends toujours pas la décision de maître Tsunade.
-C’est bien simple ! Dit Sakura qui était venue souhaiter un bon voyage à ses amis. Si elle t’a choisie à toi, c’est bien parce que tu es la seule chef d‘équipe capable de faire obéir cette tête de mule blonde sans recourir à la force !
Cette observation fit rougir la brune. Même si toutes deux savaient pertinemment que c’était une raison bien secondaire.

[Flash Back]

-Bien, fit Tsunade aux trois ninjas qui se tenaient devant elle. Si je vous ai convoqués, Saï et Hinata, c’est que j’ai une mission à vous confier.
-Mais…
-Et si t’ai également demandé de venir Sakura, ajouta-t-elle avant que son élève ne puisse finir sa phrase c’est que cette mission concerne Naruto et que je pensais que cela t’aurait intéressée
Face aux visages étonnés de tous, elle continua :
-Naruto est venu me voir ce matin. Il a toqué à la porte et m’a demandé la permission d’entrer.
-Euh... Vous nous parlez bien du même Naruto qu’on connait tous ? Demanda Sakura.
-Oui c’était bien notre blond international. De plus il avait le visage baissé, comme s’il était plongé en pleine déprime.
-Vous êtes sûre de ne pas l’avoir confondu avec Shino ? Fit Saï
-Non, je suis encore sûre de mes souvenirs. Bref, une fois rentré, il m’a demandé de lui accorder une faveur.
-Demander ou imposer ? Je vous rappelle qu’il s’agit de Naruto là !
-Le prochain qui m’interrompt, je le balance par la fenêtre !
Son visage se fît si menaçant que tous s’empressent de se taire et de s’assoir.
-Donc Naruto est venu ici et m’a demandé si je pouvais lui rendre un service. J’ai essayé de détendre l’atmosphère en lui disant que le 23 décembre, je pouvais me montrer magnanime. Mais ça n’a rien arrangé du tout. J’ai même eu l’impression que ça l’a un peu plus abattu.
Sakura releva la tête : elle commençait à comprendre l’attitude de son coéquipier. Tsunade poursuivait :
-Il m’a alors formulé une demande assez spéciale…
-Il vous a demandé de lui assigner une mission. Finit la rose, bravant l’interdit de son maître.
-Je t’avais dit que… ! Mais… Comment sais-tu cela ? finit-elle par demander, intriguée.
-Parce que… je commence à bien le connaître : pour lui, Noël est la fête familiale par excellence. A quoi bon la faire quand on est orphelin ? Il n’a jamais trouvé de famille avec qui partager cette journée, à qui offrir des cadeaux. Jamais ? Pas exactement. Du temps de la Team 7, il l’a fêté avec la seule famille qu’il s’était trouvé : Sasuke. Le seul et unique cadeau qu’il n’ait jamais reçu était un shuriken à l’âge de 12 ans ; et c’est Sasuke qui lui avait offert. Naruto lui, lui avait donné un de ces masques d’Anbu qu’on trouve dans les foires. Ce n’était pas grand-chose mais pour ces deux là, ça voulait silencieusement avouer « tu es mon frère ». Mais depuis la défection de Sasuke, ce jour là lui rappelle trop de souvenirs. C’est pourquoi il ne veut pas être ici.
- Notre Naruto a bien grandi… Fit Tsunade, nostalgique. Je ne connaissais pas l’histoire sous cet angle mais la conclusion reste la même : si Naruto ne veut pas passer Noël au village, nous ne pouvons l’y contraindre. Voilà pourquoi je vous ai choisis tout les deux pour l’accompagner. Conclut l’Hokage en désignant Hinata et Saï.
-M… Moi ? Mais… Maître Tsunade, j… j’ai des obligations envers mon clan… Répondit Hinata qui ouvrait la bouche pour la première fois depuis le début de l’entretien.
-Libre à toi de choisir. J’ai entendu dire que ce genre de soirées était assez contraignante pour toi. De plus, j’en ai déjà touché deux mots à ton père et à ton cousin…
Elle ne comprenait pas : Que venait faire Neji dans cette histoire ?
-… et ton père est d’accord pour que Neji prenne ta place, de toute façon c’est apparemment ce qui était prévu.
Cette nouvelle fit à la foi du bien et du mal à la brune : ainsi son père offrait officiellement la tête du clan Hyûga à Neji ? Elle se sentit encore une fois humiliée par l’acte de son père. Etait-elle si faible que son père décidait de transgresser des règles ancestrales ? Avait-il seulement prévu de la mettre au courant ? Ou avait-il décidait d’attendre le dernier moment pour lui apprendre qu’il l’avait évincée de cette réception ? Cette mission tombait visiblement à pic : elle servirait de prétexte à Hiashi pour expliquer l’absence de sa fille. Mais en même temps, comment à vouloir à son père ? Qui pourrait lui en vouloir de lui préférer Neji ? De plus, cela signifiait qu’elle serait bientôt libérée des exigences de son rang ; et mieux encore : qu’elle allait passer son tout premier Noël de liberté auprès de Naruto !
Cette pensée la fît rougir. Mais les autres ne le remarquèrent pas : ils écoutaient la suite des instructions de Tsunade.
-Quant à toi Saï, je sais que dans la Racine, vous ne fêtez pas Noël, est-ce exact ?
-Oui.
-Donc c’est parfait : vous accompagnerez Naruto lors de sa mission. Hinata, tu seras chef d’équipe. Voici votre ordre de mission : rien de plus simple, il vous suffit de porter un message à nos gardes-frontières. Vous partez demain et devriez être de retour au 26. Vous pouvez disposer.

[Flash back]


-Allez Hinata, c’est partiiiiiiiiit !!!
-Hum, Naruto, je te rappelle que c’est justement Hinata le chez d’équipe et que, par définition, c’est à elle de passer devant.
-A oui, c’est vrai… Gomen
En les voyants s’éloigner du village en ce matin de 24 décembre, Sakura ne put s’empêcher de se rappeler les paroles de Tsunade.
-Oui, il a bien grandi notre Naruto…

Quelques kilomètres devant, Naruto se plaignait déjà du froid.
-En même temps, Baka, nous sommes en décembre et tu portes un pantacourt ! Fit remarquer Saï
-Oui mais même… Hinata, où devons porter ce message exactement ?
-A la frontière sud.
-Tant mieux ! Il y fera plus chaud !
-Ce n’est pas parce que nous allons vers le sud qu’il y fera plus chaud !
-Ah bon ? Tu es sûr de ce que tu avances Saï ?
-Tout à fait ! Au fait Hinata, comment se décompose la mission exactement ?
-Eh bien normalement, nous atteindrons le poste de garde demain en fin de matinée. Nous livrons notre message, faisons demi tour et après-demain en fin d’après-midi nous serons rentrés au village.
-Parfait ! fît Naruto.

Le reste de la journée se déroula sans aucun problème. A la tombée de la nuit, ils s’arrêtèrent pour monter le camp. Hinata fît preuve de talents culinaires insoupçonnés ; et les garçons le lui firent savoir une bonne dizaine de fois, ce que correspondit à autant de rougissements de la part de la kunoichi Après le repas, ils se partagèrent les tours de garde. L’homme de la Racine pris le premier tandis que les deux autres membres de l’équipe se dirigeaient vers la seule et unique tente qu’ils avaient pris avec eux, la mission devant restée discrète avant tout.
-Bonne nuit, Hinata.
-Bonne nuit à toi aussi, Naruto...
Après plusieurs minutes de silence, il reprit :
-Hinata ?
-Oui
-Je peux te demander quelque chose ?
-B… Bien sûr.
-Pourquoi es-tu là ?
-Co… Comment ça ? Fit-elle, désemparée par sa question.
-Eh bien… Tu n’es pas sans savoir que c’est moi qui ais demandé cette mission à Tsunade et que cette mission nous éloigne du village pour Noël. Mais tu es quand même l’héritière du clan Hyûga, donc je suppose que tu avais une réception au manoir de ton clan. Alors cela m’étonne de Godaïme qu’elle t’ait remplacé tes obligations par une simple mission de messagers, à moins qu’elle ne soit encore plus gâteuse qu’elle ne veut le laisser croire. Voilà pourquoi je te demande comment se fait-il que tu sois là ?
-C’est… C'est-à-dire que c’est une situation un peu délicate pour moi…
-Explique-moi toujours, on verra après.
-En fait, pendant que tu es parti t’entrainer avec le sanin Jiraya, mon père a réfléchi à ce que tu avais dit à propos de la Bunke et de la Sôke lors de l’examen Chunin. Au cours de l’année passée, il a donc décidé que lors de son prochain anniversaire, il laisserait sa place de chef du clan et désignerait son successeur autant dans la Bunke que dans le Sôke. Rien n’a été encore officiellement décidé mais il est clair aux yeux de tous qu’il choisira Neji. Voilà pourquoi je suis ici Naruto, parce que c’est Neji qui assure la réception à ma place cette année. Mais en même temps c’est normal, je ne me fais pas d’illusions. Si tu étais le chef du clan le plus prestigieux de Konoha et que tu devais choisir un successeur, qui choisirais-tu Naruto ? Le géni ou la ratée ? Dis-moi ! Qui choisirais-tu ?!
Elle avait dit cette dernière phrase presque en criant et au bord des larmes. Sans savoir pourquoi, Naruto avait une envie irrépressible de la prendre dans ses bras. Ce qu’il fit. Il sortit de son sac de couchage, s’approcha d’elle et la serra contre lui, la tête de la jeune fille contre son torse et ses bras entourant ses épaules, comme pour la protéger du monde entier, de sa famille, de son père.
Elle se laissa alors aller, et ces larmes qu’elle retenait depuis tout ce temps dévalèrent sur ses joues, tandis qu’il la berçait doucement en lui caressant les cheveux. Au bout d’un moment, elle releva la tête :
-Naru…
Elle s’arrêta en pleine phrase, troublée de voir leurs deux visages si proches.
-Oui ?
-Merci.
Il la regarda dans les yeux, s’apprêtant à répondre, mais lui aussi fût troublé par cette proximité nouvelle.
-Je… Ce n’est rien, avec plaisir, dit-il maladroitement.
-Naruto ? Tu prends ton tour dans dix minutes, lança Saï en jetant un œil dans la tente.
Tout deux gênés, ils s’écartèrent et Naruto rejoint son sac de couchage. Il passa ces dix dernières minutes à regarder Hinata, qui visiblement s’était endormie. Il ne pouvait en être certain puisqu’elle lui tournait le dos, sûrement consciente de l’attention qu’il lui portait.
Les dix minutes passées, en sortant de la tente, Naruto se retourna vers Hinata en chuchotant :
-Je te choisirais à toi…
Puis il sorti. Il ne vit jamais l’immense sourire qui s’étendait de part et d’autre du visage de la brune.
Quand il prit place auprès du feu, il repensa à tout ce qu’avait dit la brune et à son propre comportement. Pourquoi avait-il eu si envie de l’avoir à son côté ? Pourquoi le fait de la savoir triste lui avait-il donné envie de remuer ciel et terre pour lui rendre son sourire ? Pourquoi s’était elle confiée à lui ainsi ? Etait-ce une marque de confiance ? Ou simplement le fait qu’il était la seule personne présente sous cette tente ? En tout cas, elle l’avait fait, et c’était suffisant. Depuis quelques temps, elle se montrait forte aux yeux de tout le monde. Il faut dire qu’elle avait bien progressé ces trois dernières années. Le fait qu’elle se montre à nouveau fragile l’avait attendri et réveillé en lui le besoin de la protéger de la défendre ; comme lors de son combat contre Neji où ce dernier l’avait frappé sans pitié, où lors du combat contre Pain où elle avait failli mourir pour le défendre ce qui avait éveillé Kyûbi. Il repensa alors aux paroles d’Hinata avant d’attaquer Pain : « Parce que je t’aime, Naruto ». Il revit leurs deux visages si proches tout à l’heure dans la tente. Que se serait-il passé si Saï n’était venu les interrompre ?
Une fois encore, il regretta de ne pas avoir d’ami, ou plutôt de ne plus avoir son meilleur ami. Sasuke aurait pu l’aider, le conseiller, lui dire quoi faire. Mais ou était-il en ce moment ? Projetait-il toujours de détruire Konoha ? Etait-il toujours le pantin de Madara ? C’était à cause de lui que Naruto était en mission en ce réveillon de Noël. Sasuke lui avait offert une famille en ce jour si triste pour lui. Naruto s’était alors dit que tous ses noëls seraient ainsi. Mais ce fût son seul vrai Noël. Après, Sasuke avait fui Konoha, replongeant Naruto dans l’appréhension de ce jour. Lorsqu’il s’entrainait avec Jiraya, il lui demandait toujours de faire de ce jour un jour comme les autres. Lui imposant même le double de travail, pour oublier ce jour où Sasuke lui avait dit pour la première fois « tu es mon frère ».
C’était son premier Noël au village depuis qu’il était rentré, et il avait envie de revoir son meilleur ami lui donner, en hésitant, un paquet plus ou moins bien emballé, sans le regarder dans les yeux, comme s’il avait eu peur que son regard ne trahisse ses pensées. Naruto, lui, aurait eu un grand sourire et aurait fixé son regard sur le visage de Sasuke tout en lui tendant un paquet maladroitement empaqueté. Sasuke aurait finit par poser son regard sur Naruto, et, surpris du grand sourire de son acolyte, lui aurait souri à son tour. Ce qui aurait valu pour Naruto, bien plus encore que le poste de Hokage qu’on aurait pu lui proposer à ce moment là. Comme la dernière fois.
Il sortit alors de sa poche le fameux shuriken. Il en prenait grand soin depuis le départ de son ami, un peu comme un rappel de leur amitié. Il se demandait si Sasuke avait aussi gardé le masque d’Anbu. Il ne le saurait probablement jamais.
Minuit était passé quand quelque chose bougea dans les buissons. Intrigué, il se leva pour aller voir mais la forme s’enfuit. Naruto la poursuivie jusqu’à arriver dans une clairière au milieu de la forêt. Là, il se rendit compte que c’était un serpent. Mais pas un vulgaire serpent, celui-là était plus gros. Il rappelait celui qu’invoquait Orochimaru de son vivant. Naruto tressailli : Orochimaru mort, son esprit se tourna quasi-immédiatement vers son sous fifre, Kabuto. Etait-il là pour lui ? S’était-il aussi associé à Madara ? Dans ce cas, venait-il le capturer ? Hinata ! Etait-elle en danger ? Il espérait que s’il venait à se faire capturer, elle ne tenterait rien de stupide. Mais le plus important pour le moment était de trouver celui qui l’avait conduit ici.
-Qui est là ? Demanda-t-il assez fort pour que l’inconnu puisse l’entendre n’importe où qu’il se trouva dans la clairière ou dans le bois.
Pour toute réponse, il reçut sur sa tête un paquet emballé. Lorsqu’il regarda se que contenant ce paquet, il fût surpris d’y trouver un masque d’Anbu. Ce n’était pas exactement le même qu’il y a 3 ans : celui-ci avait une forme d’oiseau alors que l’autre avait un forme de félin.
-Sasuke ? Fît-il, ému.
-Joyeux Noël, Naruto.
Lorsqu’il réalisa que son meilleur ami était sur le point de partir, il cria :
-Attends ! Il sorti alors un kunaï de son étui et le planta dans un arbre dans la direction d’où provenait la voix de Sasuke. Joyeux Noël à toi aussi.
Il cru deviner un sourire entre les arbres où était-ce simplement son imagination ? Ce n’était pas important. Sasuke ne l’avait pas oublié ! Il était venu ici, juste pour lui porter cet objet, pour lui offrir à nouveau un Noël ensemble ! Naruto tomba à genou, les larmes aux yeux.
-Merci mon frère…
Il resta là quelques instants, jusqu’à entendre une voix l’appeler
-Naruto ?
-J’arrive Hinata.
Il essuya les larmes qui perlaient au coin de ses yeux, et retourna au campement.
-J’étais inquiète. Où étais-tu ?
-J’étais juste allé me balader. Belle soirée n’est ce pas ? C’est à toi de prendre le tour de garde ?
-Euh… Oui
-Bonne soirée, Hinata.
-Na… Naruto ?
-Oui ?
-… Bonne soirée à toi aussi.
Elle se donna une gifle mentalement. «T’as pas trouvé mieux ? Tu voulais pas qu’il t’embrasse il y a quelques secondes ? Tant pis, de toute façon, il est parti… Espérons que tu fasses mieux la prochaine foi » Elle aussi songea à ce qu’il s’était passé un peu plus tôt dans la soirée. Pourquoi l’avait-il consolée ? Ressentait-il quelque chose pour elle ? L’aimait-il aussi ? Pourtant il n’avait rien tenté. Etait ce parce que Saï était rentré à ce moment ? Sûrement. Mais pourquoi la regarderait-il maintenant ? Elle avait passé tant d’années à l’admirer dans l’ombre, sans jamais qu’il ne fasse attention à elle. Peut-être avait-il remarqué les efforts qu’elle avait fournis pour changer, pour être plus forte ?
Perdue dans le vagabondage de ses pensées, elle se rendit compte bien plus tard qu’il faisait jour. Elle se hâta alors de réveiller les garçons, ils rangèrent leurs affaires et reprirent leur route.
Aux alentours de midi, ils arrivèrent à la frontière où les ninjas en poste furent surpris qu’une telle unité soit dépêchée pour livrer un simple message. Ils imaginèrent aussitôt le pire mais une fois la lecture faite, ils étaient soulagés : Tsunade leur apprenait simplement qu’une nouvelle unité de garde-frontière les remplaceraient dans deux semaines. Ils remercièrent les trois ninjas qui reprirent leur route.
Naruto n’avait rien dit à ses compagnons de la visite de Sasuke. Peut-être parce que ce dernier était un nunkenin et qu’il aurait dû l’arrêter. Or, Sasuke était d’abord et avant tout son ami. Devrait-il le dire à Sakura ? Savoir que Sasuke est en bonne santé lui aurait sûrement fait plaisir. Mais elle était toujours amoureuse de lui, qu’il soit allé voir Naruto et pas elle n’aurait-il pas été trop dur pour la rose ? « Décidemment, tu penses beaucoup trop en ce moment, mon pauvre Naruto » se dit-il.
Le chemin du retour se fit sans plus d’échanges qu’il n’en fallait, chacun ayant l’esprit occupé ailleurs. Le soir venu, ils remontèrent le camp à quelques centaines de mètres de la veille. Naruto pris le premier tour de garde, pour essayer de retrouver la clairière où se trouvait Sasuke. Après le repas, il souhaita bonne nuit à ses coéquipiers et s’installa près du feu. Quand il fût à peu sûr qu’ils dormaient, il se leva et commença ses recherches. Après plus de deux heures d’exploration, il finit par retrouver le chemin qu’il avait emprunté en suivant le serpent. Quelques minutes plus tard, il était à nouveau de la clairière. Il se senti absurde : pourquoi Sasuke serait-il encore ici ? Mais il ne désespérait pas et appela :
-Sasuke !!
-Non, désolée ce n’est que moi.
-Hinata ?
-Il parait que tu n’as jamais été trop gâté à la Noël… fît elle en sortant du bosquet qui bordait la clairière.
Naruto fût tout d’abord subjugué par sa beauté. Le clair de lune faisait ressortir ses yeux de nacres de manière assez… irréelle. C’est comme ça que Naruto aurait décrit la brune ce soir-là. Merveilleusement irréelle. Il aurait été incapable de dire un seul mot, même si elle lui avait demandé.
-Alors… je me disais que… je… peut-être que tu… accepterais ceci. Dit-elle en lui tendant un simple bouquet composé de fleurs des champs tout en fixant le sol.

Devant l’absence de réaction de Naruto, elle tourne les talons et se prépare à s’enfuir. « Ah bravo ! T’as rien trouvé de mieux ? » se dit-elle, persuadée que Naruto va se rire d’elle et de la gueille qu’elle lui a offerte.
Mais au lieu de ça, Naruto lui saisit la main, ce qui l’oblige à se retourner pour lui faire face. Il est incapable de savoir pourquoi il fait ça, il ne réfléchit plus, agissant simplement par automatisme. Il ne sait qu’une chose : c’est qu’il veut que ce moment dure à jamais.
Elle ne comprend pas. Que fait-il ? Pourquoi l’a-t-il retenue ? Elle relève les yeux vers lui pour le lui demander. Mais elle est troublée par ses yeux bleus océans. Elle voudrait parler mais elle n’y arrive pas.
Il lui passe sa main libre dans les cheveux. Il trouve sa peau douce et agréable. Il continue son geste le long de sa joue, jusqu’à son menton.
Elle frissonne au passage de sa main. C’est un contact qu’elle veut prolonger, mais il lui est impossible de réfléchir. Elle fait un pas en avant.
Il pose sa main sur sa joue.
Elle lui sourit.
Il lui rend son sourire. Il fait lui aussi un pas en avant.
Ils se regardent dans les yeux. Souriants, parce qu’ils ne sont pas capables de faire autre chose.
Il penche la tête en avant, pour mieux la voir. Il ne se lasse pas de ce son visage fin bordé de ses longs cheveux bruns.
Elle penche la tête en arrière, pour mieux se perdre dans ses yeux. Elle ne se lasse pas de son sourire entouré de ses moustaches de renard.
Leurs nez se frôlent.
Il lui lâche finalement la main. La pose sur son autre joue. Et l’embrasse.
Elle a attendu ce moment toute sa vie. Elle lui rend son baiser aussitôt.
Il neige.
Il est surpris qu’elle ne le repousse pas.
Des flocons lui tombent sur la nuque. Elle frissonne.
Il sent qu’elle à froid. Il enlève ses mains de son visage et les passent autour de sa taille. Il la veut au plus près de lui. Essayer de la réchauffer.
Elle l’enlace elle aussi. Elle n’y croit pas. Elle est sûrement en train de rêver, mais c’est tellement mieux que tout ce qu’elle a pu imaginer.
Alors c’est ça aimer quelqu’un ? La vouloir à ses côtés. Sentir son cœur battre auprès du sien. Ne plus jamais vouloir la quitter.
Ils s’écartent, confus.
Elle n’ose y croire pourtant c’est vrai.
Il est là. Il la regarde. Il ne sait quoi dire.
Elle l’embrasse encore.
Ils restent là encore et encore. Aucun d’eux ne veux briser la magie.
-Joyeux Noël, Hinata. Finit-il par lâcher, euphorique.
-Joyeux Noël à toi aussi.
Il récupère le bouquet qu’elle a laissé tombé dans la neige, la prend par la main et lui fait comprendre qu’il faut rentrer au campement avant que Saï ne se lève.
Il la raccompagne à la tente.
Elle l’embrasse une dernière fois et rentre à l’intérieur.

Naruto ne tenait plus en place. Que s’était-il passé ? Il n’en savait rien mais il voulait revivre ce moment encore et encore. Il voulait Hinata à ses côtés pour toujours. Il changerait le destin des Hyûga. Il parlerait à Hiashi et à Neji. Il y avait sûrement un terrain d’entente. Il ne voulait plus la voir malheureuse.
Vers les 1 heure du matin, Saï vint rejoindre Naruto auprès du feu.
-Tu ne vas pas dormir ?
-Je n’ai pas sommeil.
-Pourquoi ? C’est mon tour de garde pourtant.
Alors il lui raconta tout ce qui s’était passé, même la veille avec Sasuke. Saï l’écouta et contrairement à ce qu’on aurait pu s’attendre, il ne blâma pas le blond. Décidemment, Saï renouait de mieux en mieux avec ses sentiments détruits. Il se montra même compatissant vis-à-vis de Sasuke bien qu’il ait tué Danzô.
Après plusieurs heures à discuter, Saï finit par convaincre Naruto qu’il tombait de sommeil. Lorsqu’il regagna la tente, Hinata lui tournait le dos, impossible pour lui de savoir si elle dormait ou non. Naruto, lui, s’endormit presque aussitôt.

Le lendemain, le malaise était palpable entre Naruto et Hinata. Ce qui c’était passé la nuit dernière relevait-il du rêve ? Aucun d’eux ne savait que dire à l’autre.
Ce n’est qu’au moment de partir, quand Hinata passa devant pour rentrer à Konoha, et sous un regard entendu de Saï que Naruto la rattrapa.
-Hinata ! Je ne sais pas si ce que nous avons vécu hier était réel, ou si c’était un rêve. Mais même si c’était un rêve, je veux continuer de le vivre avec toi, parce que… Parce que je t’aime Hinata !
Il n’avait pas préparé de discours, c’était sorti comme ça. C’était ce qu’il ressentait. Après quelque minutes de silence, le temps pour elle d’assimiler ce qu’il venait de dire, le temps pour lui d’angoisser comme jamais, elle lui sauta au coup et l’embrassa.
Tous trois reprirent alors leur route dans la joie et la bonne humeur.
Quand ils arrivèrent au village, Sakura les attendait. Elle fût ravie de voir Naruto et Hinata qui se tenaient par la main. Elle lança alors à Naruto :
-Alors cette mission ?
-Pour faire simple, c’était le plus beau Noël de ma vie. Répondit le blond dans un grand sourire.







Pour ma défense, c'est la deuxième fois que j'écris une fin heureuse. Généralement je n'aime pas ça mais bon... C'est noël, quoi ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tema
Reine des Crazy Laziers
Reine des Crazy Laziers
avatar

Féminin Messages : 341
Date d'inscription : 21/10/2010
Age : 27
Localisation : Hogwarts
Humeur : Wanna give it a try?

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Mar 28 Déc - 1:15

Toxic Christmas


Quelle belle soirée ça avait été. Ils avaient invités tout le monde chez eux, leur premier Noël réunit ça se fêtait dignement ! Les garçons avaient passé la journée dans la cuisine, préparant des plats plus succulents les uns que les autres, Sakura avait succombé à la fièvre de la décoration. Le manoir Uchiwa clignotait de milles feux, on pouvait le voir dans un périmètre de quatre kilhomètre à la ronde. Un vrai piège à épileptique !

Et puis le sapin… Ce n’était pas un banal sapin trônant bêtement dans le salon du moindre quidame venu. Non, l’équipe sept ne faisait jamais dans le banal, il fallait que ce sapin soit gigantesque ! C’est donc sans grande surprise que les invités avaient apperçu l’étoile dorée au sommet d’un sapin de trente mètres plantés dans le jardin de la demeure Uchiwa. Enrubané de milliers de guirlandes, il était à la hauteur de la fête qui se préparait.

Naruto et Sasuke n’avaient pas osés mettre le nez dehors de la cuisine, de peur d’avoir la rétine brûlée par les guirlandes lumineuses qui serpentaient le long des murs. Le repas était prêt, les invités attablés et la maîtresse de maison en bout de table. On attendait plus que cette fameuse dinde dont le fumet embaumait la maison. Et elle arriva, sur un plateau doré porté par deux elfes empourprés.

Sakura était aux anges, ils avaient enfilés les costumes qu’elle avait loué pour eux ! Deux tenues de lutins de noël verts, avec chapeau à grelots et pantoufles pointues. Elle était vêtue pareille et sa chevelure jurait terriblement avec son bonnet en tule verte et rouge mais personne n’avait osé le lui dire, et surtout pas les deux lutins. Quant aux invités, ils ne pouvaient plus se ravoir. Hinata, assise en bout de table en face de Sakura, riait discrètement dans sa manche, évitant le regard accusateur de son cher et tendre. Ino assise à sa gauche se mordait les joues, fixant la saucière avec obstination et serrant le poing de Kiba sous la table pour le faire taire. Car Kiba ne se privait pas de hûrler de rire, la tête posée sur la table, faisant tressauter les verres à pied. En face de lui, affichant un petit sourire d’incompréhension, Temari détaillait la tenue farfelue des deux lutins se demandant si cette fête étrange lui réservait encore des surprises. A sa droite, passablement affamé, riant doucement, Shikamaru tentait de faire taire les gargoullis de son ventre. Naruto et Sasuke posèrent la dinde sur la table et rejoignirent leurs places en grinçant des dents.

Quand tout le monde eut été servis, les félicitations aux elfes de maisons fusèrent. La viande était si tendre, elle fondait dans la bouche. Et cette sauce ! Les fausses oreilles qu’ils portaient masquaient le rougissement des leurs.

- Non mais arrêtez là ! Y a rien qui vous choque ?! S’exclama Kiba.
- T’as un problème Inuzuka ? Demanda Sasuke en le fusillant du regard.
- Je veux savoir pourquoi je dine avec les lutins du père Noël !

Un ange passa puis les invités éclatèrent de rire tandis que Sakura cachait son sourire dans sa serviette et que les deux lutins piquaient du nez dans leurs assiettes. Puis Sakura demanda le silence en tapant contre son verre et se leva.

- Naruto et Sasuke on fait un pari contre moi, ils l’ont perdu. Ils doivent donc porter ces déguisements toute la soirée.
- Un pari ? Demanda Shikamaru.
- Ce n’est pas interdit les paris à Konoha ? Demanda Temari soudain suspicieuse.
- Ce n’était pas un pari d’argent ! S’exclama Sakura.
- Et quel était-il ce pari? Demanda Hinata en fronçant les sourcils.
- Et bien… Commença Sakura.
- Rien du tout ! C’était rien du tout ! L’interrompit Naruto.
- Un truc ménager… Marmonna Sasuke.
- Un truc débile. Vous reprendrez bien du vin ! Dit Naruto en levant la bouteille.

La fête batait son plein mais Kiba n’était pas satisfait. Il savait qu’il y avait autre chose sous ce pari, il ne savait pas encore quoi mais il le découvrirait bientôt. Alors que Sakura amenait une magnifique tourte givrée aux framboises sur la table et commençait à servir les invités, Kiba reprit la parole.

- Bon d’accord, vous êtes les lutins mais alors qui est le père Noël ?
- Ho Kiba… Ta maman ne t’a donc pas encore dit qu’il n’existait pas ?
- Arrête Ino… Non je veux dire, qui fait le père Noël ?
- C’est moi !

Ils se retournèrent vers la porte pour voir arriver un personnage bedonnant vêtu de rouge avec une longue barbe blanche. Il portait un bonnet rouge bordé de fourrure blanche qui lui descendait sur un œil et avait un grand sac sur le dos qu’il laissa tomber sur le sol avant de partir dans un éclat de rire plus ou moins effrayant.

- Kakashi sensei ?! S’exclama Hinata avant de plaquer sa main sur sa bouche et de devenir rouge comme une pivoine.
- Ho Ho Ho, c’est bien moi jeune Hyuga.
Kiba se roulait sous la table.
- C’est un diner spectacle ou quoi ?! S’exclama Temari, lasse de toutes ces nouveautés qu’elle devait assimiler.
- Ho Ho Ho, mais ne serait-ce pas la tornade de Suna ? Vous me semblez bien énervée jeune fille pour une vieillée de Noël.
- Ho vous n’auriez pas du sensei. Dit Shikamaru.
Et de fait, le père Noël fit un vol plané à tavers le salon et alla s’écraser contre un ange en glace qui explosa dans les airs.
- Ho… Ho, ho. Aïe. Vous aurez du charbon dans vos chaussons vous !

Kiba commençait à s’étouffer et Ino du aller lui tapper dans le dos pour le remettre de ses émotions. Il s’agripa à la table et remonta précautionneusement sur sa chaise, essuyant des larmes de rire aux coins de ses yeux.

- Ahahaha ! Sensei je suis bien content de vous voir arriver, on a l’air moins ridicule avec Sasuke.
- Pas du tout ! S’exclama Kiba qui se remit à rire-
- Ne l’écoute pas Naruto, je te trouve très beau moi. Dit Hinata en l’embrassant.

Elle se mit à rire et Naruto piqua un phare aussi beau que celui de sa belle. Sasuke soupira bruyament, il n’en supporterait pas beaucoup plus. Kiba se calma, gardant cependant un rictus nerveux aux coins des lèvres.

- Prenez une chaise Kakashi-sensei.
- Merci mon enfant ! Tu es une gentille Lutine.
- Je crois que tu lui as grillé le système Tema. Dit Shikamaru en haussant un sourcil.
- Il n’avait qu’à pas me traiter de furie !
- Bon ! Alors qu’est-ce que vous avez pour nous père Noël ?
- Je…heu… Ah oui mon sac ! Tu irais me chercher mon sac mon brave petit Lutin ? Demanda-t-il en s’adressant à Sasuke.
- Certainement. Grogna Sasuke entre ses dents.

La distribution des cadeaux commença, avec ses Ho ! et ses Ah !, ses papiers d’emballages froissés et ses bons d’échange. Puis on remercia la maîtresse de maison, on rit encore un peu au dépend des deux lutins et on rentra chez soi le ventre bien tendu et le sourire aux lèvres. Belle soirée vraiment…



Vous pensiez que c’était fini ? Vous vous trompiez…

Toc ! Toc ! Toc !

- Occupé !
- Ho fait chier !
- Pas dans l’évier de la cuisine Naruto !

Trop tard… Les guirlandes lumineuses brillaient encore, le doux fumet de la dinde flottait encore et les bouteilles de vin trônaient encore sur la table. L’ambiance par contre était terriblement différente. Sasuke s’était enfermé dans la salle de bain du haut, Sakura celle du bas et Naruto s’était rabattu sur l’évier de la cuisine, occupé à rendre à peu près tout ce qu’il avait mangé depuis le début de l’année !
Quelque chose avait cloché ce soir, et c’était un euphémisme ! Sakura se releva, tira la chasse d’eau et se dirigea peiniblement vers la cuisine où Naruto était affalé contre le buffet. Elle alla poser sa main sur son front, pas de fièvre.

- Je crois qu’on a du manger quelque chose de louche…
- Tu crois ? Ironisa Naruto en se lançant à nouveau tête la première dans l’évier.

Des pas lourds se firent entendre et Sasuke arriva dans la cuisine, tenant fermement sa corbeille à papier contre lui. Il avait le teind verdâtre et de la sueur lui coulait le long du torse.

- Tu devrais enfiler un T-Shirt.
- Je meurs de chaud. Répondit-il en s’asseyant à côté d’elle.
- Tu dois avoir de la fièvre.
- Soignes moi alors…
- Je suis dans le même état que toi ! S’eclama-t-elle.

Naruto replongea au fond de l’évier.

- Ho mais c’est pas possible ! Y a plus rien là… Ce sera l’estomac tout entier la prochaine fois !
- Arrête pitié, tais-toi ! Marmonna Sasuke puis il pinça le lèvres.
- Ok, allez enfiler des pulls on va à l’hosto.
- Ho non…
- Naruto soit pas ridicule, tu te vides comme une outre.
- Je hais Noël…

Hôpital de Konoha, 2h du matin.

Ils étaient installés dans une grande chambre commune aux murs vert et aux décorations inexistantes. Ils avaient eu la surprise de voir que Shikamaru et Temari étaient déjà là, quant à Kiba et Ino ils étaient arrivés un quart d’heure après eux.

- Joyeux Noël ! S’exclama Kiba en ouvrant les yeux.
- Il a voulu combattre le mal par le mal… Expliqua Ino.
- De la dinde ? Demanda Shikamaru en fronçant les sourcils.
- Non…Du lait de poule.

Le silence se fit, chacun concentré sur sa propre gestion de son estomac. Ils étaient sous perfusion et disposaient d’un joli bac en fer blanc pour leurs…enfin. Hinata fut installée dans le lit en face de celui de Naruto qui poussa un petit gémissement en la voyant. Elle était livide, de la sueur perlait à son front et elle n’arrivait pas à s’éveiller complètement. Finalement les infirmières lui avait donné de quoi dormir et elle était tombée comme une masse.

La chambre était silencieuse, les maux de ventre s’étaient lentement appaisés et les renvois divers et variés avaient cessés. Restait néanmoins un sentiment de malaise partagé par tous les occupants. Qu’est-ce qui les avaient menés ici ?

- Moi je dis c’est la dinde… Marmonna Kiba entre deux rots.
- Evidemment ! Tout de suite on accuse la cuisine ! S’exclama Sasuke en s’empourprant.
- Il faut bien avouer Sasuke que si on se retrouve tous ici, c’est sûrement à cause de quelque chose qu’on a mangé… Répondit Sakura en triturant sa couverture.
- Ou c’était peut être un choc suite aux nombres de faisceaux lumineux qui ont traversés nos rétines pendant toute la soirée. Répondit-il acerbe.
- Tu avais un problème avec ma décoration ? Aboya-t-elle.
- Ta décoration ?! On avait l’impression d’être dans un Star Wars en plein combat contre l’empire !

Elle lui envoya son coussin à la tête et se tourna vers les autres qui faisaient profil bas. Shikamaru faisait même semblant de dormir, ou bien il dormait vraiment, on ne peut jamais être sûr avec celui-ci…

- Vous aussi vous vous aviez quelque chose à redire à ma décoration ?!
- Ben… ça faisait un peu lazer game Sakura. Murmura Ino.
- Et bien la prochaine fois vous organiserez Noël vous même !
- En tout cas moi l’année prochaine je reste à Suna ! S’exclama Temari en donnant un coup dans le lit de Shikamaru.
- Keskecé ? Marmona-t-il en faisant surface.
- Oh ! Vous pouvez la fermer ?! Ou je vous gerbe dessus ! Gueula Kiba en envoyant le pot de fleur qui trônait sur sa table de nuit exploser sur le sol.
- Kiba calme toi !
- Mais Ino…
- De toute façon quoique ce soit on l’a attrappé chez vous…. Accusa-t-elle du doigt les trois larons.
- Et toi tu dis rien ?! S’exclama Sasuke en se tournant vers le lit de Naruto.

Mais celui-ci était vide, Naruto se trouvait au chevet du lit d’Hinata et avait posé sa tête sur la main de sa belle. Il dormait, un sourire aux lèvres. Sasuke bredouilla quelque chose puis croisa les bras et se concentra sur le paysage nocturne.

- Et bien mes amis je crois que ces deux là nous ont donné une belle leçon… Dit Sakura en souriant.
- Et laquelle s’il te plait ? Demanda Kiba encore sous l’effet de son lait de poule.
- Celle de Noël… Peu importe les difficultés on se sert les coudes. Répondit Ino.
- C’est pas les vœux de mariages ça ? Demanda Shikamaru.

Les garçons éclatèrent de rire et les filles se renfrognèrent.

- Quelle belle leçon ! ça fait 2 heures qu’on se vide par le haut et par le bas, mais on garde le sourire ! Quelle bande de trou du cul !
- Quelqu’un peut lui donner de la morphine qu’il la ferme ? S’exclama Temari.
- N’empêche elle était très bien notre dinde… Je maintiens que c’est les lumières…
- Mais depuis quand, ô sinistre imbécile, les lumières rendent malade ?! S’énerva Sakura.
- Oh vous êtes tous chiants ! Je veux aussi de la morphine, j’aurais plus besoin de vous écouter et je pourrais enfin dormir… Se plaignit Shikamaru.
- Un coup sur la tête ça fait le même effet tu veux qu’on essaie ? Le menaça Temari.
- Bof…

Sakura et Sasuke s’envoyaient des amabilités, quant à Ino et Kiba ils hésitaient entre étrangler l’autre ou simplement le jeter par la fenêtre. Soudain la porte s’ouvrit et une furie en blouse blanche se retrouva au milieu de la chambre.

- Vous allez la fermer ?! Vous êtes dans un hôpital, il est 3h du matin et vous avez besoin de repos ! Alors silence !

Les lumières s’éteignirent et la porte claqua. Le silence reprit sa place dans la chambre, on entendait plus que le ronflement apaisé de Shikamaru.

- Joyeux Noël !
- Ta gueule Kiba !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rahjenaimar
Laziers d'Opérette
Laziers d'Opérette
avatar

Féminin Messages : 155
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 21
Localisation : Bretagna !
Humeur : Motivée, motivée !

MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    Jeu 30 Déc - 4:39

Bien. Enfin je peux poster mon One-Shot à moi. Excusez-moi pour le retard, mais au moins j'ai fini avant le premier de l'an, c'est le principal. Mon Dieu, six jours de retard ! Je m'en veux.
Bon, en fait ça va pas fort chez moi et heureusement que je peux écrire sur mon ordi sinon je craquerais. Enfin bref, en espérant que mon One-Shot plaira.

C'est la première fois que j'écris un truc pareil. Je n'ai pas la moindre idée de ce que peut en penser un lecteur. A ce stade, je suis l'entière esclave des lecteurs !

Enfin bref, voilà !



Le blues de Noël


Ce soir-là, le soleil se coucha tôt, vers cinq heures de l'après-midi, en raison de la saison. Les arbres agitaient faiblement leurs branches nues sous le souffle du vent froid. L'immense forêt recouvrant le pays qui, paradoxalement, était nommé « Pays du Feu » avait perdu de sa superbe et, au lieu d'une immensité verte, c'était un océan brun et gris qui se dressait partout où l'on portait le regard. Le givre rendait le sol glissant, et la seule route traversant cette forêt était désertée par les voyageurs, craignant les intempéries. Et en levant le tête, on ne voyait que le gris-bleu du début de soirée durant l'époque froide.
C'était l'hiver.

Au cœur de cette végétation en suspens se dressait un village. Un grand village avec quelques centaines d'échoppes et de cafés où se retrouvaient ses habitants joyeux et désireux de faire la fête. Des chants s'élevaient dans l'air çà et là ; les villageois dansaient et riaient. Ce soir commençait la veillée que les enfants attendaient impatiemment chaque année, et chaque année ils étaient ravis et gâtés. Ce soir, après avoir ri et mangé à satiété et même davantage, ils feraient semblant d'aller se coucher et se relèveraient après que leurs parents soient allés dormir pour essayer d'attraper le Père Noël et le voir pour de vrai. Car, ce soir-là, le 24 décembre, c'était le début de la fête de Noël qui se poursuivrait jusque tard dans la nuit du 25...

C'était une jeune femme brune qui pensait à tout ça et soupirait de ne pas pouvoir en profiter comme tout le monde à Konoha, ce village en proie aux festivités. Les bras chargés de documents qui auraient très bien pu attendre quelques jours pour être signés par le chef du village, le Hokage, elle traversait les rues et maugréait après ce dernier de ne pas avoir la chance de fêter Noël avec ses amis.
Elle croisait toutes sortes de groupes différents qui se faisaient entendre de tout le quartier. Là une famille aux enfants surexcités et braillards, ici une troupe d'adolescents qui avaient l'air d'avoir terminé un peu trop de bouteilles de bières, et là quelques vieillards sortis en groupe avec leurs infirmières pour aller voir le feu d'artifice prévu une heure plus tard. Ce n'était pas loin, mais il fallait y aller tranquillement avec les vieilles personnes.

Enfin elle arriva en vue de son but : le bâtiment administratif de Konoha, le point central du village, le siège du Hokage. Avec un peu de chance, elle pourrait déposer les papiers et partir s'amuser avec les autres, ni vu ni connu. Ce n'était pas très sérieux de sa part, mais elle ne pouvait le faire qu'environ deux fois par an, le jour du solstice d'été, et à Noël, quand elle arrivait à se libérer. Pour une raison inconnue, à l'approche de cette date, elle commençait à être surchargée de travail. Son bureau se recouvraient de contrats en tous genres presque trois fois plus vite et c'était difficile pour elle de trouver un petit temps de pose.
Elle était en train de réfléchir à un plan pour s'éclipser rapidement après son entrée dans le bâtiment quand quelque chose arriva qui fit voler ses espoirs en éclats. L'un des deux ninjas habituellement gardien de la grande porte du village, fermée en ce moment pour protéger les habitants d'une attaque ennemie lors des fêtes sans pour autant perturber le commerce, qui d'ailleurs était inexistant en cette période à cause du froid, foncer vers elle et s'arrêter hors d'haleine juste en face de son visage.
Il mit quelques secondes à retrouver son souffle et pouvoir parler, et il se retenait à la jeune femme en la tenant par les épaules. Inquiète, celle-ci l'aida à s'asseoir sur une caisse en bois abandonnée là par un primeur, bien loin de se douter que ce qu'il avait à dire risquait inévitablement de gâcher sa soirée. Quand enfin il put parler, elle lui demanda gentiment la raison de son état. Il lui répondit avec embêtement :

« Désolé, Shizune, c'est le Hokage qui m'envoie. Elle veut que tu la rejoignes immédiatement. Elle a dit qu'il lui restait bien trop de formulaires d'inscriptions pour le futur examen chunnin à remplir, et que sans ton aide elle n'y arriverait pas avant l'heure. Je crois que pour Noël, c'est fichu... Enfin, si ça peut te consoler, je suis moi-même de surveillance ce soir, et pas de saké non plus...
- Oui, j'ai compris. C'est pas grave, on fera la fête une autre fois. Merci de m'avoir avertie, Kotetsu.
- De rien. Bonne soirée quand même...
- Oui, toi aussi. »

Accablée, Shizune laissa à Kotetsu le soin de finir de se reprendre et se hâta avec encore plus d'appréhension vers l'entrée principale des locaux administratifs. Cette fois elle n'essaya même pas de trouver une issue de secours, elle était bonne pour rester dans le bureau du maître Hokage toute la nuit, et sans doute que celui-ci se donnerait le droit de dormir pendant qu'elle se tapera tout le travail. Et elle pouvait être sûre que si elle-même s'endormait, elle aurait droit à un réveil matin assez original, du genre de ceux qui vous enlaidissent le visage à coups de marteau...
Elle grimpa quelques escaliers, franchit quelques doubles-portes et arrêta enfin sa marche accélérée devant une porte d'aspect ordinaire mais derrière laquelle se cachait le ninja le plus de Konoha. Elle porta la main à son flan et grimaça et pressant le point de côté que lui avait créé sa course. Elle s'apprêtait à frapper à la porte lorsque celle-ci s'ouvrit à la volée. Shizune poussa un cri de surprise et tombée à la renverse, laissant tomber tous ses papiers sur le sol.
Se retrouvant assise par-terre avec étonnement, elle releva les yeux et rencontra le regard perçant du Hokage. Elle s'immobilisa alors et attendit qu'elle dise quelques chose. Oui, car le Hokage alors en place, le cinquième depuis la création du village, était une femme, imposante par la force qu'elle dégageait et également par sa poitrine volumineuse et aigicheuse. Son visage, jeune et beau, était à lui tout seul une preuve de la puissance de son chakra. Alors qu'elle avait dépassé la cinquantaine d'année depuis quelques Noëls déjà, il restait beau et doux, avec des yeux brun caramel vifs, aux cils longs et foncés, un joli nez fin, une peau couleur pêche parfaite et de beaux cheveux blonds et lisses. Cet ensemble harmonieux et élégant se teintait de mille ombres quand elle parlait. Et cette fois ne fit pas exception à la règle :

« Hé bien, Shizune, comptes-tu rester là à me regarder pendant je ne sais pas combien de temps ?
- Euh... Non, Tsunade.
- Hé bien, entre vite ! Nous avons du travail.
- Justement, Tsunade, ça ne pourrait pas... »

Elle s'interrompit quand elle vit que les beaux yeux du cinquième Hokage s'étaient étrangement assombris par elle ne savait quels présages maléfiques et rentra sans plus de cérémonie.

A peine avait-elle fait un pas dans le spacieux bureau d'où partait tous les ordres de Tsunade qu'elle sentait que quelque chose n'allait pas. Pourtant, tout paraissait normal. Le sol était balayé, les vitres lavées, les plinthes cirées. Le bureau était rangé, avec les crayons dans le pot à crayons, et pas une seule coupelle à saké, grille de loto ou traité parsemé de taches de café ne trainait dessus. Il n'y avait pas de pile de feuilles de papier en équilibre précaire à côté de sa chaise de bureau, lui-même ne comportant aucun signe d'usure - et pourtant Dieu sait combien de fois il a été balancé par la fenêtre.

Donc, tout était tout à fait normal... pour quelqu'un qui ne connaissait pas Tsunade, Princesse des Limaces, à qui elle ressemblait fortement au niveau de la lenteur du mouvement. On pouvait être sûr qu'elle mettrait tous les moyens possibles sur la table pour ne pas avoir à ranger son bureau. Donc, non, ce n'était pas normal.
Quelque chose clochait, et Shizune comptait bien découvrir quoi. Après avoir déposé son épais manteau d'hiver et son écharpe - car il ne fallait pas croire qu'elle restait en kimono durant la période froide, au grand malheur de ses prétendants - elle alla s'installer en face du bureau de l'Hokage et l'attendit patiemment.
Tsunade vint la rejoindre et lui tendit un paquet de feuilles à compléter afin de fournir les laisser-passer pour les candidats à l'examen chunnin. En réprimant un soupir elle se mit à la tâche.

Après une heure à écrire les noms des chunnins potentiels et les informations les concernant sur les feuilles, elle releva la tête pour voir ce que faisait la sanin en face. Celle-ci avait tourné son fauteuil dans l'autre sens mais Shizune pouvait voir le poignet gauche de Tsunade bouger au fur et à mesure qu'elle écrivait. Elle se remit à consigner les données des participants quand elle fut prise d'un doute. Tsunade, en effet, était droitière. Alors qu'elle écrive de la main gauche était un peu saugrenu.

« Dis-moi, Tsunade, tu en es où ? demanda Shizune sur un ton innocent.
- Oh ! Euh... J'ai... j'ai bien avancé, j'ai presque fini ! répondit la Princesse des Limaces. »

Malheureusement pour elle, vraiment très malheureusement, elle ne put réprimer plus longtemps un hoquet qui la trahit. Shizune fit pivoter le fauteuil de Tsunade et eut le temps d'apercevoir la coupelle à saké disparaître dans la manche de la sanin. Elle parut grandir et faire toute la hauteur de la pièce tandis que les flammes les plus noires des catacombes d'un Enfer pire que celui connu des mortels grandissaient autour de ses pieds.

« Tu BOIS ? Tu BOIS, Tsunade, alors que je TRAVAILLE ? Alors que je pourrais être DEHORS ? Tu OSES boire ?
- Shizune, tu comprends pas... Si je te gardes ici, c'est parce que j'ai besoin de toi.
- Oui, afin de faire le travail que tu devrais faire toi-même pour que tu puisses te soûler en toute quiétude !
- Non, j'avais juste... pas envie d'être toute seule, ce soir... répondit Tsunade en se mordillant la lèvre inférieure comme si cet aveu lui coûtait. Depuis que... Jiraiya est parti, personne ne me rend visite pour me voir... mais juste pour me voir, pas parce que je suis Hokage. »

Ses épaules tremblaient, et pour la première fois depuis longtemps, Shizune crut déceler derrière cette jeunesse factice la personne bien plus âgée qu'elle était. Tsunade posa alors ses bras sur son bureau et, posant son front dessus, fut prise de sanglots. Surprise de cette fragilité soudaine, Shizune laissa tomber les diablotins qui lui murmuraient mille et une tortures à l'oreille et alla la prendre par les épaules pour la relever. Elle la fit se rassoir dans son fauteuil puis attendit que sa plus vieille amie lui dise quelque chose.

« Beuheuheu... sanglotait Tsunade. Je suis qu'une vieille décrépie qui triche sans arrêt sur sa véritable apparence, pas vrai ? C'est pour ça que personne ne veut me voir. Je suis une veille dame. Personne ne veut passer Noël avec une vieille dame... »

Et Shizune comprit soudain qu'à chaque fois qu'elle avait plus de travail, c'était parce que Tsunade voulait la garder auprès d'elle, parce qu'elle avait besoin de compagnie en période de fêtes. Il lui avait fallu cinq ans pour comprendre.
Attendrie, elle se pencha et prit les mains de Tsunade dans les siennes. Puis elle força la blonde à la regarder et vit dans ses yeux caramel une tristesse et une peur sourde, celles d'avoir vieilli trop vite à force de vouloir rester jeune. Elle décida alors qu'il fallait qu'elle s'ôte cette idée de la tête. On est jeune tant qu'on l'est dans sa tête. Et Tsunade était sans conteste le Hokage la plus immature de l'histoire de Konoha.

« Viens, Tsunade, déclara-t-elle d'une voix bien plus ferme qu'à l'ordinaire - et la Hokage dut le sentir aussi car elle ne fit pas le moindre commentaire et se leva de son fauteuil. Cette nuit, on va faire la fête. »

Elles sortirent du bureau et se faufilèrent dans le bâtiment comme deux ombres jusqu'à la sortie. La noirceur et la fraicheur de la période nocturne du 24 décembre les accueillit avec plaisir et elle partirent faire la tournée des bars et des pistes de danse. Il était à peu près cinq heures et demie du matin quand, complètement éméchées, et se laissèrent tomber à l'entrée du dernier bar du café. On les avait prises pour deux bonnes copines. Tsunade s'était rendue compte avec stupéfaction que bon nombre des civils de Konoha était ignorant du visage de leur dirigeant. personne ne l'avait reconnue. Elle était passée toute la nuit pour une fêtarde de la nuit de Noël. Pas comme une vieille dame. Son corps était jeune, et son envie de s'amuser intacte. Et avec soulagement elle comprit qu'il ne fallait pas rester à se morfondre pour rester jeune. Il fallait juste profiter du soleil et se détendre, et on serait jeune plus longtemps. Elle était là la véritable jeunesse.

En face d'elles, un sans-abri porta un petit harmonica rouillé qui jouait des fausses notes à ses lèvres et entama un blues d'une qualité douteuse mais qui sembla faire tomber la neige qui tourbillonna autour d'eux presque immédiatement. Tsunade fredonna un air ancien, assez mélancolique. Shizune dut admettre que l'harmonie entre les sons éraillés et discordants de l'instrument et la voix imposante de son maitre n'était pas des plus parfaites mais correspondait très bien à la situation. Il y avait ceux qui s'amusaient encore d'un côté, et ceux, de l'autre, qui regardait tous seuls la neige tomber par la fenêtre.

Tsunade se releva d'un coup, faisant sursauter Shizune qui avait eu l'impression pendant un instant d'avoir été suspendue du temps qui passe. Dans un mouvement théâtral, elle déclara :

« Shizune, réunis les anciens. Ce matin, nous allons faire passer le mot à tous ceux qui sont seuls le soir de Noël. Chaque année, on se rejoindra en bas du bâtiment principal et on chantera un vieux blues. Le blues qu'on a quand on est tout seul et que les autres s'amusent. On appellera cette soirée Le blues de Noël.
- D'accord Tsunade. C'est vraiment une très bonne idée.
- Je sais. »

Mais ni l'une ni l'autre ne voulait bouger. Finalement Tsunade se rassit et regarda le vide tout en écoutant l'harmonica dont les sonorités étaient étouffées par la neige.

« Oh, Tsunade, reprit Shizune. Joyeux Noël. »

Mais Tsunade dormait déjà...




Mon sentiment : je crains que n'ait été ennuyeux. Non, ça a été ? Oui, c'était chiant ? Hésitez pas, hein, j'voudrais en profiter pour savoir si ça vaut le coup d'écrire comme ça !

Juste en passant : IL FAUT PENSER AUX VIEILLES PERSONNES ! TSUNADE N'EST PAS SEULE DANS CE CAS !
Tsunade : Comment ça une vieille personne ? T'as dit que je suis jeune !
Moi : Euh... Oui, mais... Tu as quand même passé une partie de ta vie, alors...
Tsunade : Hum...

_________________
A qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fictions de Noël !!    

Revenir en haut Aller en bas
 
Fictions de Noël !!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imaginaire Pur : Fictions, Lectures, Conseils d'écriture
» DIX ▬ | AMV - Graph - Fictions |
» Commentaires de mes fictions (Pykk)
» [Harpman, Jacqueline] Le Passage des éphémères
» Baptiste Munroe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy Laziers  :: Fictions ! :: Recueil de fictions-
Sauter vers: